NOUVELLES

Deux mineurs tués dans des affrontements en Afrique du Sud

11/10/2012 12:07 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - De nouvelles violences survenues dans le conflit minier en Afrique du Sud ont fait au moins deux morts jeudi. Des grévistes ont tué un homme en le brûlant, tandis qu'un autre homme, apparemment atteint par des tirs de balles en caoutchouc de la police, a succombé à ses blessures.

Les violences s'aggravent près de la mine d'Anglo American Platinum (Amplats) depuis que l'entreprise a congédié 12 000 grévistes vendredi. Plus de 40 personnes sont mortes depuis le début du mouvement de grève des mineurs sud-africains, en août.

L'un des meneurs de la grève à Amplats, Gaddafi Mdoda, a déclaré qu'un homme était mort à l'hôpital, probablement touché par deux balles de caoutchouc de la police, qui a aussi utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les grévistes.

Un autre homme auquel les grévistes avaient mis le feu a succombé a ses blessures, selon un porte-parole de la police, le brigadier Thulani Ngubane. La situation reste tendue, a-t-il souligné.

Un autre responsable de la police, le capitaine Dennis Adriao, a fait état de 40 arrestations dans des violences au camp improvisé de Nkaneng, près de Rustenburg.

Il semble que la police ait tenté d'empêcher les mineurs d'interrompre les opérations de la mine Bathopele d'Amplats, selon la South African Press Association, qui a ajouté que deux taxis avaient été incendiés.

Le mouvement des mineurs pour des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail a commencé en août à la mine de platine de Marikana et a été marqué par les accrochages les plus violents avec la police depuis la fin de l'apartheid, en 1994. Trente-quatre mineurs ont été tués et de nombreux autres blessés. La société minière Lonmin a augmenté les salaires des mineurs, mais le mouvement a fait des émules dans d'autres mines de platine, d'or ou de fer du pays, ainsi que chez les camionneurs.

PLUS:pc