NOUVELLES

Débat des candidats à la vice-présidence: Biden tentera de faire mieux qu'Obama

11/10/2012 06:15 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

WASHINGTON - Le vice-président des États-Unis, Joe Biden, affrontera jeudi soir son adversaire républicain Paul Ryan à l'occasion de leur seul débat de la campagne présidentielle. Sa mission: freiner la dégringolade du président Barack Obama dans les sondages après sa performance terne lors du débat de la semaine dernière contre Mitt Romney.

Dans ce qui promet d'être l'une des élections présidentielles les plus serrées de l'histoire américaine récente, M. Biden, 69 ans, politicien expérimenté et ancien sénateur, devrait saisir l'occasion pour débattre vigoureusement avec son adversaire ultraconservateur. Paul Ryan, 42 ans, représentant du Wisconsin au Congrès, est surtout connu comme un spécialiste du budget fédéral et pour sa volonté de procéder à d'importantes coupes dans les dépenses du gouvernement pour réduire le déficit.

Les sondages montrent que les Américains ont une opinion plus positive de l'économie, alors que le taux de chômage est tombé sous la barre des huit pour cent pour la première fois depuis le début de la présidence de Barack Obama. Cela devrait aider Joe Biden à répondre aux attaques de Paul Ryan à ce sujet.

Le candidat républicain à la vice-présidence se présentera aux téléspectateurs dans la foulée de la bonne performance de Mitt Romney au débat présidentiel de la semaine dernière, au moment où de nombreux Américains commencent à peine à s'intéresser à la campagne présidentielle. Lors du débat de Denver, Barack Obama a semblé distrait et a manqué plusieurs occasions d'attaquer son rival sur ses récents changements de position.

Le débat Biden-Ryan devrait aborder plusieurs dossiers, mais aucun n'est plus important pour les électeurs que la relance de l'économie, à en croire les sondages.

Le débat de jeudi soir dans un petit collège du Kentucky ne devrait pas sceller l'issue de la course présidentielle, mais il pourrait donner le ton du prochain débat entre Barack Obama et Mitt Romney, la semaine prochaine dans la région de New York, qui prendra la forme d'une assemblée citoyenne. Ce sera le deuxième des trois débats entre les candidats à la présidence.

Pour une rare fois, jeudi, les activités des candidats à la vice-présidence ont pris le devant de la scène, tandis que celles des candidats à la présidence ont été reléguées au second plan. Mais à seulement 26 jours de l'élection, ni Barack Obama ni Mitt Romney n'ont voulu disparaître complètement des projecteurs. Le président est allé courtiser les électeurs de la Floride, un État-pivot crucial pour la présidentielle, tandis que le candidat républicain a passé la journée en Caroline du Nord, un autre important terrain de bataille.

Les sondages d'opinion suggèrent que le débat présidentiel de la semaine dernière a balayé l'avantage dont disposait le président Obama après les conventions nationales des deux partis et l'apparition d'une vidéo dans laquelle Mitt Romney parle avec dédain des 47 pour cent d'Américains qui ne paient pas d'impôts.

Barack Obama reste en tête dans la plupart des États-pivots, mais son taux d'appui a diminué. Environ 41 États du pays seraient déjà acquis à un candidat ou à l'autre, mais M. Obama reste en position avantageuse puisqu'il est en avance dans les États-pivots les plus importants, l'Ohio en particulier. Aucun républicain n'a été élu à la Maison-Blanche sans avoir remporté cet État du Midwest.

Paul Ryan a laissé entendre que sa jeunesse serait un atout face au vice-président. Mais le débat comporte des risques pour l'étoile montante du Parti républicain, qui n'a pas participé à un débat public depuis sa première campagne pour la Chambre des représentants, il y a 14 ans.

Même si Paul Ryan est un héros pour les conservateurs du Tea Party, il est peut-être trop à droite pour de nombreux Américains, en particulier sur ses propositions de réforme des soins de santé pour les personnes âgées et sur l'avortement.

PLUS:pc