NOUVELLES

Biden-Ryan: leurs points forts, leurs points faibles

11/10/2012 12:39 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

WASHINGTON - WASHINGTON (Sipa) — Les points forts et les points faibles du vice-président sortant, le démocrate Joe Biden, et de son adversaire républicain à l'élection du 6 novembre, Paul Ryan.

- Joe Biden en roue libre?

Le vice-président démocrate de 69 ans devrait se montrer offensif face à Paul Ryan, avec l'espoir de rattraper la mauvaise performance de Barack Obama lors du premier débat présidentiel la semaine dernière à Denver. En débatteur expérimenté, Biden est à l'aise dans le rôle de l'attaquant, mais il a un passif de gros gaffeur. Commettra-t-il une nouvelle bourde?

- L'épreuve du feu pour Paul Ryan

C'est le premier débat du républicain Paul Ryan sur la scène nationale, et il ne doit pas risquer de freiner l'élan qu'a acquis Mitt Romney grâce au premier débat contre Barack Obama. En tant que président de la Commission budgétaire de la Chambre des représentants, Ryan connaît les dépenses du budget fédéral et les politiques financières sur le bout des doigts. Son point faible reste la politique internationale mais il dit avoir révisé le sujet avec une poignée de conseillers pour tenter d'être au point.

- La guerre des âges

Ce débat oppose la jeunesse à l'expérience. Ryan a le même âge que le plus jeune fils de Biden: 42 ans. Le colistier de Mitt Romney affirme que cette jeunesse le rapproche du public et lui donne permet de viser une plus large population. Mais Joe Biden est un homme de scène, accessible, qui se dit fier de pouvoir parler à la classe moyenne.

- Les plans de bataille

Le budget de la Chambre des représentants sera au coeur du débat de jeudi à Danville (Kentucky). Biden va sûrement épingler Ryan sur les coupes budgétaires prévues et ses propositions sur la politique de santé Medicare, qu'il juge trop extrêmes. Même le candidat des républicains Mitt Romney a pris ses distances avec certaines idées controversées de Paul Ryan. L'enjeu pour ce dernier sera donc de défendre la ligne politique de son candidat à la présidence, et non la sienne.

AF/AP-v-dn/st

PLUS:pc