NOUVELLES

Baumgartner tentera de franchir le mur du son en chute libre dimanche ou lundi

11/10/2012 08:54 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

ALBUQUERQUE, Nouveau-Mexique (Sipa) — Le parachutiste autrichien Felix Baumgartner, un sportif de l'extrême, a renoncé à franchir le mur du son lors d'un saut en chute libre jeudi, reportant sa tentative de record du monde à dimanche ou lundi après l'avoir déjà annulée trois fois à cause de la météo.

Initialement prévu lundi, le saut à 37 kilomètres d'altitude a été reporté en raison de mauvaises conditions météorologiques, puis à nouveau mardi à cause de forts vents. Le directeur technique de la mission, Art Thompson, avait alors évoqué la date de jeudi, en s'appuyant sur les prévisions météorologiques et en soulignant que l'équipe avait besoin de se reposer. Il a annoncé mercredi soir que ce serait finalement dimanche ou lundi.

Felix Baumgartner veut réaliser le saut le plus haut jamais réalisé depuis une capsule partie de Roswell, au Nouveau-Mexique. Equipé de caméras, l'ancien parachutiste de l'armée, âgé de 43 ans, entend battre le record jusque-là détenu par Joe Kittinger en 1960 avec un saut de 31 kilomètres d'altitude. La vitesse de 988 km/h, soit Mach 0,9, atteinte par Kittinger, ne lui avait pas permis de passer le mur du son, soit Mach 1, à 1.110km/h.

Le météorologue de la mission, Don Day, a affirmé en conférence de presse à Roswell que ce genre de retards sont fréquents quand il s'agit de capsules stratosphériques. Le ballon est si délicat qu'il ne peut décoller qu'avec moins de 3,2km/h de vent au sol.

La crainte principale est que la combinaison du parachutiste ne se déchire, provoquant un afflux du sang qui mène à une hémorragie mortelle. L'autre risque est qu'il perde le contrôle et parte en vrille. Felix Baumgartner a précisé posséder un deuxième ballon pour emporter sa capsule en altitude, le premier ayant été endommagé par le vent mardi.

Cela fait cinq ans que le sportif de l'extrême se prépare à cet exploit. "Fearless Felix" ("Félix sans peur"), comme il est surnommé, a déjà tenté un saut de 24 kilomètres d'altitude en mars et à 28,97 kilomètres en juillet. Il avait espéré essayer de franchir le mur du son cet été, quand il y a moins de vent, mais des problèmes avec la capsule l'ont obligé à attendre octobre.

Art Thompson a déclaré mercredi que les ballons coûtaient plusieurs centaines de milliers de dollars l'unité et a estimé que l'équipe avait perdu pour 60.000 à 70.000 dollars d'hélium depuis lundi.

ic/AP-v720/st

PLUS:pc