NOUVELLES

Assassinat d'un Yéménite chargé de la sécurité à l'ambassade américaine

11/10/2012 10:01 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

Un responsable yéménite de la sécurité à l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa a été tué jeudi en plein jour par des inconnus, a indiqué un responsable yéménite.

Selon ce responsable qui a requis l'anonymat, Qassem Aaqlan qui conduisait sa voiture personnelle a été assassiné par deux inconnus qui circulaient à motocyclette dans la rue Sittine, l'une des principales artères de Sanaa.

Qassem Aaqlan était l'un des responsables de la sécurité à l'ambassade américaine, et en charge de la coordination entre les parties américaine et yéménite dans l'enquête sur l'attaque contre la chancellerie le 13 septembre, selon une source diplomatique américaine.

A Washington, un haut responsable du département d'Etat a confirmé cet assassinat. "Nous sommes profondément attristés par cet incident tragique impliquant un employé yéménite de notre ambassade à Sanaa. Nous travaillons avec les autorités yéménites" pour élucider les circonstances du meurtre.

Le 13 septembre, quatre Yéménites ont été tués lors de la prise d'assaut de l'ambassade par des manifestants protestant contre le film "The Innocence of Muslims" dénigrant l'islam.

Le président américain Barack Obama avait ensuite exprimé son "inquiétude pour la sécurité" des diplomates et de l'ambassade, et le Pentagone a dépêché une équipe de 50 Marines pour la protéger.

Lundi, les services de sécurité yéménites avaient arrêté dans le sud du Yémen un individu présenté comme un citoyen américain membre du réseau extrémiste d'Al-Qaïda.

L'homme qui s'exprime en anglais portait trois passeports, deux américains et un allemand, et a déclaré être de confession musulmane, avait affirmé un responsable des services de sécurité sans préciser si ces documents de voyage étaient authentiques ou faux.

Il avait été interpellé à Ataq, chef-lieu de la province de Chabwa, parce qu'il figurait sur une liste de membres présumés d'Al-Qaïda recherchés par les services du ministère de l'Intérieur, avait-il ajouté.

mou-wak/at/tm/tp

PLUS:afp