NOUVELLES

Affaire Armstrong - Omega Pharma se donne un délai pour Leipheimer

11/10/2012 12:41 EDT | Actualisé 11/12/2012 05:12 EST

L'équipe Omega Pharma a annoncé jeudi qu'elle se donnait un délai avant de prendre une décision concernant son coureur américain Levi Leipheimer, suspendu jusqu'au 1er mars 2013 par l'agence antidopage américaine après ses aveux de dopage.

Dans un communiqué publié jeudi, la formation belge a annoncé prendre "très au sérieux" la décision de l'agence américaine (Usada) et les déclarations de Leipheimer.

"L'équipe veut analyser toutes les informations actuellement disponibles et parler avec le coureur avant de prendre une décision finale", a déclaré Omega Pharma en rappelant que la suspension infligée par l'Usada concerne des faits antérieurs au recrutement de Leipheimer.

Levi Leipheimer a admis s'être dopé avec toutes sortes de produits interdits (EPO, testostérone, transfusions sanguines) en 2000 et 2001 alors qu'il portait le maillot de l'équipe de Lance Armstrong (US Postal), de 2002 à 2004 (Rabobank), en 2005 et 2006 (Gerolsteiner), puis en 2007 lorsqu'il est revenu dans le groupe dirigé par Johan Bruyneel (Discovery Channel).

L'Américain, bientôt âgé de 39 ans, a écopé d'une suspension limitée à six mois, pour l'essentiel pendant la période hivernale, du fait de sa collaboration avec l'Usada dans l'affaire du système de dopage organisé autour d'Armstrong.

L'Usada a retiré à Leipheimer tous ses résultats obtenus entre le 1er juin 1999 et le 30 juillet 2006, puis entre le 7 juillet et le 29 juillet 2007.

Durant cette période, l'Américain a notamment gagné le Dauphiné 2006 devant le Français Christophe Moreau et une étape du Tour de France 2007, le contre-la-montre d'Angoulême remporté devant l'Australien Cadel Evans. Leipheimer était monté sur le podium de ce Tour 2007, au détriment de l'Espagnol Carlos Sastre (4e).

Pour sa part, l'équipe néerlandaise Rabobank, pour laquelle Leipheimer a couru durant trois saisons, a souhaité tirer un trait sur ce passé.

"Les témoignages confirment une fois de plus que le cyclisme traverse une période très difficile, surtout à cause de son passé. La direction de l'équipe voudrait que l'ensemble du sport cycliste trace un trait sur ce problème. Etant donné l'ampleur, ce doit être une priorité", a annoncé Rabobank dans un communiqué.

Dans ses aveux, Leipheimer a indiqué s'être procuré à l'époque les produits interdits auprès des médecins de l'équipe.

"Rabobank est convaincu que le cyclisme va dans la bonne direction et souhaite obtenir des résultats de manière propre et loyale", a ajouté le communiqué.

jm/jmt

PLUS:afp