NOUVELLES

Paris et Madrid font pression pour une union bancaire européenne dès 2013

10/10/2012 10:50 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

PARIS - PARIS (Sipa) — François Hollande et Mariano Rajoy se sont montrés en accord complet sur le thème de l'union bancaire européenne lors du sommet franco-espagnol qui s'est tenu mercredi à l'Elysée. Le président français et le chef du gouvernement espagnol comptent toujours sur une décision lors du Conseil européen de décembre, pour une mise en oeuvre en 2013, alors que l'Allemagne ne cache pas ses réticences à ce sujet.

"Notre position, c'est que, dès le Conseil du mois d'octobre, nous devons avancer autant qu'il sera possible sur l'union bancaire, sur la supervision des banques -la Banque centrale (européenne) en ayant la responsabilité au niveau de la zone euro, et l'ensemble des banques devant être couvertes par cette supervision", a résumé François Hollande, lors d'une conférence de presse conjointe.

Le prochain Conseil européen doit se tenir les 18 et 19 octobre à Bruxelles, sur le thème de l'union bancaire, avant le dernier Conseil européen de l'année prévu en décembre.

"Ensuite, d'autres étapes devront être franchies pour cette union bancaire mais nous aurons posé les bases solides", a ajouté le président français.

Des propos appuyés par Mariano Rajoy, qui estime que les délais prévus -une mise en oeuvre en 2013- pourront être tenus. "Il n'y a aucune raison pour que ce que nous avons décidé en juin en puisse pas se faire en décembre", a estimé le président du gouvernement espagnol. "A mon avis, toutes les banques devraient être concernées, mais (...) je ne m'opposerai pas au fait qu'il y ait des délais", a-t-il précisé.

Comme attendu, les deux chefs d'Etat ont également fait position commune sur les autres grands sujets européens.

Lors du prochain Conseil européen, "nous aurons également à trouver des solutions pour la Grèce (...) Elle devra obtenir le soutien de l'Europe et il n'y a pas de doute sur la volonté qui est la nôtre, la France, l'Espagne", que le pays reste dans la zone euro, a souligné François Hollande.

"Nous sommes en convergence" sur le budget européen qui doit à la fois "maîtriser sa dépense" mais en même temps "préserver la politique agricole commune et les fonds structurels", a-t-il poursuivi.

Mariano Rajoy a, une nouvelle fois, éludé la question sur la demande éventuelle d'aide de l'Espagne, en proie à une grave crise financière, auprès de l'Union européenne. Le Mécanisme européen de stabilité (MES), le nouveau fonds de secours de la zone euro, doit pouvoir être "mis en oeuvre pour les pays qui en feront éventuellement la demande", a seulement observé François Hollande.

AP-sc/st

PLUS:pc