NOUVELLES

Ottawa dépense des dizaines de millions en publicité

10/10/2012 09:30 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

Le gouvernement conservateur a approuvé des dépenses de l'ordre de plusieurs dizaines de millions de dollars pour faire la publicité de son « plan d'action économique » cette année, alors qu'il souligne l'importance de l'austérité budgétaire pour justifier les compressions imposées à la recherche scientifique et à la surveillance de l'environnement.

Alors que des responsables des Finances refusent de dévoiler les montants exacts du présent blitz publicitaire, les contrats annoncés sur le site Internet du ministère porte à croire que la campagne publicitaire a coûté environ 14 millions de dollars aux contribuables.

Un document du Conseil du Trésor révèle que le cabinet avait précédemment approuvé des dépenses de 16 millions de dollars pour la publicité du « plan d'action économique » pour le premier trimestre de l'année.

Cela n'inclut pas plusieurs autres dépenses engendrées pour d'autres campagnes publicitaires. Les conservateurs ont également approuvé des dépenses de 4,5 millions de dollars pour faire la publicité, cette année, de la guerre de 1812.

Au total, le cabinet fédéral a déjà donné son accord pour des campagnes valant 64 millions de dollars en 2012-2013. Ottawa semble ainsi en bonne voie d'égaler les 83,3 millions de dollars dépensés en publicité en 2010-2011, la dernière année pour laquelle des données complètes sont disponibles.

Lorsque les conservateurs ont pris le pouvoir en 2006, ils ont hérité d'un budget publicitaire de 41,3 millions de dollars, un total qu'ils ont fait doubler et, dans un cas, plus que tripler, chaque année depuis la première élection des troupes de Stephen Harper.

Sur son site Internet, le secrétariat du Conseil du Trésor explique que « l'approche publicitaire du gouvernement du Canada est guidée par les principes de rapport qualité-prix, de transparence et de reddition de comptes ».

La plus récente campagne de pub présente les politiques gouvernementales comme étant essentielles à la croissance économique, tout en invitant les téléspectateurs à se rendre sur un site Internet pour obtenir plus d'informations.

Cette approche est fortement critiquée par l'opposition en Chambre, ainsi que par des organismes non gouvernementaux.


PLUS: