NOUVELLES

Non en Alberta, patience au Québec

10/10/2012 04:02 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

Pendant que les joueurs du Canadien attendent une décision de la Commission des relations du travail du Québec, ceux des Oilers et des Flames se sont butés à une porte close en Alberta.

La Commission des relations du travail de l'Alberta a rejeté mercredi la demande des joueurs des deux formations albertaines d'invalider le lock-out de la Ligue nationale.

« Les positions changeantes de la LNH et de l'Association des joueurs dans ce conflit montrent à quel point la question de savoir quelles lois et quelles juridictions s'appliquent est complexe. Cette question, laissée en suspens pendant près de 50 ans, ne peut pas être répondue en plein coeur d'une grève ou d'un lock-out. Nous avons donc déterminé que nous n'avons pas à répondre à cette question », peut-on lire dans le jugement.

Le juge Mark L. Asbell ajoute que s'il avait ordonné la fin du lock-out en Alberta, « la conséquence serait, au mieux, que les joueurs des Flames et des Oilers auraient la chance de participer au camp d'entraînement ».

« La saison est entièrement à la discrétion de la Ligue nationale. Comme le lock-out touche la ligue dans son ensemble, la LNH n'organisera pas un calendrier pour ces deux équipes. De plus, les joueurs sont seulement payés une fois que la saison commence et ne reçoivent qu'une indemnité quotidienne pendant le camp. Une décision pour invalider le lock-out n'aurait donc pas d'impact positif sur ce conflit. »

Dans des communiqués différents, la LNH s'est dite « satisfaite » de la décision, tandis que l'Association des joueurs (AJLNH) a dit que ses membres étaient « déçus que la Commission des relations du travail de l'Alberta n'exerce pas son pouvoir pour déterminer si le lock-out viole la loi de l'Alberta ».

L'AJLNH ajoute qu'elle étudiera ses options dans ce dossier pour la suite des choses.

Pas d'audience le 15

Au Québec, la Commission des relations du travail (CRT) a repoussé l'audience publique prévue pour le 15 octobre pour les joueurs du Canadien.

« La Commission désire, dans un premier temps, procéder par conférence préparatoire, laquelle se tiendra le lundi 15 octobre 2012. Seuls les représentants des parties sont convoqués à cette conférence », a indiqué une porte-parole de la Commission, avant d'ajouter qu'il s'agit d'une « procédure normale » qui sert, par exemple, à déterminer le nombre de témoins entendus et la durée des plaidoyers.

La nouvelle date de l'audience n'a pas encore été annoncée.

Les joueurs du Canadien souhaitaient que la CRT reconnaisse qu'ils ne peuvent pas être mis en lock-out puisque l'Association des joueurs n'est pas un syndicat reconnu au Québec. S'ils ont gain de cause, la décision touchera seulement les joueurs du Tricolore, et non pas ceux des 29 autres équipes.

Il y a un mois, la CRT a rejeté la première demande des joueurs puisqu'il n'y avait pas urgence d'agir, malgré le déclenchement du lock-out le 15 septembre. L'instance s'était toutefois gardée de statuer sur la légalité d'un lock-out.

PLUS: