NOUVELLES

L'embauche de mineurs chinois suscite la controverse

10/10/2012 06:55 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

L'arrivée prochaine de 200 travailleurs temporaires chinois dans les mines de charbon du nord-est de la Colombie-Britannique suscite la controverse.

Quatre projets miniers sont en développement dont deux sont financés par Dehua International, une société vancouvéroise dont le propriétaire est né en Chine.

Le syndicat des Métallos ne croit pas l'argument de l'employeur qui justifie l'embauche de ces ouvriers par le manque de main-d'oeuvre qualifiée au Canada pour le travail dans des mines de charbon souterraines.

Le syndicat estime qu'il s'agit davantage d'une question d'économie et que les Canadiens pourraient être formés à ces tâches. Le syndicat s'inquiète aussi pour la sécurité des travailleurs chinois.

L'Association des mines de la province fait valoir quant à elle que la pénurie de personnel qualifié est réelle et qu'en attendant, il faut recruter ailleurs.

En novembre dernier, lors de son voyage à Pékin, la première ministre Christy Clark avait annoncé la signature de contrats pour exploiter des mines de charbon en Colombie-Britannique.

Dans la foulée, Christy Clark affirmait que l'ouverture de ces quatre mines s'inscrivait dans son plan de création d'emplois.

PLUS: