NOUVELLES

La USADA s'est basée sur le témoignage de 11 coéquipiers d'Armstrong

10/10/2012 12:10 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

COLORADO SPRINGS, États-Unis - Onze anciens coéquipiers de Lance Armstrong ont témoigné contre ce dernier dans l'enquête menée par l'Agence antidopage des États-Unis et ainsi révélé «le plus complexe, professionnel et réussi des programmes de dopage que le sport ait jamais vu», a fait savoir la USADA.

Dans un communiqué abordant quelques détails de la décision, le chef de la direction de la USADA Travis Tygart a dressé la liste des 11 anciens coéquipiers d'Armstrong qui ont fourni des éléments de preuve ayant mené aux sanctions. Parmi eux, on retrouve George Hincapie, Floyd Landis et Tyler Hamilton.

En livrant le rapport à l'Union cycliste internationale, Tygart a incité l'UCI à mettre sur pied un programme qui permettra de nettoyer le cyclisme.

Le rapport de 200 pages dresse le portrait d'Armstrong comme un homme qui, jour après jour pendant des années, n'a pas ménagé les moyens financiers, émotionnels ou physiques pour remporter sept fois le Tour de France, de 1999 à 2005.

Il présente comme réalité ordinaire la notion que le dopage et le cyclisme ne font qu'un, et qu'Armstrong était le point central d'une grande opération, coordonnant des équipes qui excellaient à ne pas se faire prendre.

L'USADA dit que les voies empruntées par Armstrong pour atteindre ses buts ont largement dévié des règles. On l'accuse de dépendre du dopage pour ses victoires et d'exiger le même type de mentalité chez ses coéquipiers.

Tygart dit que les cyclistes faisaient partie du plus sophistiqué programme de dopage de l'histoire du sport. Armstrong n'a pas contesté les accusations, mais il insiste pour dire qu'il n'a jamais triché.

Une des révélations du rapport est le témoignage de Hincapie, l'un des plus proches et des plus loyaux coéquipiers d'Armstrong, au fil des années.

«J'aurais grandement préféré ne parler que de moi, mais j'ai compris que je devais dire la vérité sur tout ce que je savais, et c'est ce que j'ai fait», a dit Hincapie.

Même si les amateurs de cyclisme continueront de parler d'Armstrong, et qu'il y a encore des questions quant à savoir si l'USADA ou l'UCI a l'autorité finale pour lui enlever ses titres, le rapport met un terme à un long cycle d'enquêtes officielles. En février, Armstrong a été blanchi d'accusations criminelles après une enquête fédérale d'environ deux ans.

Le directeur de la fondation d'Armstrong, Doug Ulman, a louangé son travail dans la lutte au cancer. Armstrong a remporté tous ses titres après avoir vaincu un cancer des testicules.

«Nos craintes de longue date sur l'impartialité et l'équité des procédures de l'USADA sont renforcées, a dit Ulman. Comme l'a dit un juge fédéral, l'USADA semble plus intéressée à se faire de la publicité qu'à remplir sa mission.»

Parmi les nouvelles informations, qui vont en détail comme jamais auparavant, se trouve un portrait de la relation entre Armstrong et Michele Ferrari, un physicien et gourou de l'entraînement. Comme Armstrong, Ferrari a été banni à vie par l'agence américaine antidopage.

PLUS:pc