NOUVELLES

La France fait circuler un projet de résolution pour une intervention au Mali

10/10/2012 09:05 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

NATIONS UNIES (Sipa) — La France fait circuler un projet de résolution pour apporter le soutien du Conseil de sécurité des Nations unies à une intervention militaire pour aider l'armée malienne à reprendre le nord du pays aux islamistes armés et éviter qu'il ne devienne une plaque-tournante du terrorisme.

Ce projet que l'agence Associated Press a pu consulter mardi donne un délai de 30 jours au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour présenter des "recommandations détaillées et concrètes". Il doit s'appuyer sur le plan d'action déjà présenté par la CEDEAO (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) et l'Union africaine, et fournir immédiatement des planificateurs militaires onusiens pour aider les deux organisations à participer à l'élaboration du rapport. Il doit aussi consulter les voisins du Mali, organisations internationales et autres parties prenantes.

Le texte souligne que le Conseil est "prêt à répondre positivement à la demande (...) d'une force militaire internationale" une fois que les recommandations "concrètes" lui auront été soumises.

Des rebelles touaregs chassés par la suite par des groupes islamistes se sont emparés de la moitié nord du Mali, pays frontalier de l'Algérie et de la Mauritanie, à la faveur du coup d'Etat de la fin mars qui a renversé le président à Bamako (sud) et déstabilisé le pays. Le Mali est actuellement dirigé par un gouvernement d'unité nationale sous la présidence intérimaire de Dioncounda Traoré.

Le projet de résolution mentionne que le Conseil est prêt à "adopter des sanctions ciblées contre ces groupes rebelles qui refusent de couper tous les liens avec des organisations terroristes", au premier rang desquelles Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Le texte exhorte aussi les autorités de transitions à entamer aussitôt que possible des négociations avec les rebelles maliens pour "rechercher une solution politique durable".

Le président français François Hollande a déclaré lors de la visite de Ban Ki-moon à l'Elysée mardi que le but d'une intervention internationale au Mali était "d'éradiquer le terrorisme" dans l'intérêt de ce pays, de l'Afrique et "de la stabilité du monde". Il s'agit de "casser un processus fondé sur le trafic de drogue, d'armes, d'êtres humains qui risque de déstabiliser l'ensemble de la région", a expliqué le chef de l'Etat.

ic/AP-v6/st

PLUS:pc