INTERNATIONAL

En entrevue au Point, Dominique Strauss-Kahn demande qu'on le laisse tranquille

10/10/2012 06:05 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST
AFP

PARIS - L'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn demande qu'on le laisse tranquille.

Dans un entretien au magazine hebdomadaire français «Le Point» daté du 11 octobre, il s'estime victime d'une chasse à l'homme et soutient que sa liberté a été bafouée.

Il s'agit de sa première entrevue depuis son apparition au journal de 20 heures de TF1 en septembre dernier.

L'ancien ministre socialiste dit qu'il ne supporte plus qu'on s'arroge le droit d'abuser de sa situation et des enquêtes judiciaires qui le visent, à tort, pour bafouer sa vie privée et en livrer aux quatre vents des lambeaux, réels ou inventés.

DSK rappelle qu'il n'a plus de responsabilités publiques et qu'il n'a jamais été condamné ni en France ni à l'étranger.

Par conséquent, rien ne justifie, selon lui, qu'il soit devenu l'objet d'une traque médiatique, qui, certains jours, finit par ressembler à une chasse à l'homme.

Sur l'affaire du Sofitel, il explique que les contraintes du procès civil l'empêchent de dire sa vérité.

Sur son avenir, Dominique Strauss-Kahn revendique une liberté de mouvement.

Il dit sentir la possibilité de s'investir sur de grands projets internationaux, de participer à la réalisation de choses importantes qui pourraient contribuer à changer la vie des gens, dans des endroits du monde qui ont besoin d'aide.

Dominique Strauss-Kahn est mis en examen notamment pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire dite du Carlton.

Les avocats de l'ex-directeur général du Fonds monétaire international (FMI) ont demandé à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai d'annuler la mise en examen de leur client.

La cour d'appel de Douai doit rendre le 28 novembre sa décision.

Aux États-Unis, les poursuites pour tentative de viol ont été abandonnées en août 2011 en raison du manque de fiabilité de son accusatrice Nafissatou Diallo.

Mais la femme de chambre du Sofitel de Manhattan a porté plainte au civil contre DSK.