BIEN-ÊTRE

Caesars Entertainment se tourne vers l'Inde

10/10/2012 01:57 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST

Le groupe Caesars Entertainment, propriétaire du célèbre Caesar's Palace de La Vegas, prévoit de s'installer en Inde, comme l'annonce cette semaine le quotidien Times of India.

La société de Las Vegas, qui détient et gère cinquante hôtels et casinos dans le monde, a déclaré être à la recherche de partenaires pour lancer quinze hôtels indiens dans les dix prochaines années.

Le groupe compte ouvrir ces établissements à Mumbai, New Delhi, Goa et dans quelques autres villes de moindre superficie.

"Nous avons passé l'année dernière à étudier le marché indien, qui a beaucoup à offrir. En dehors du jeu, nous allons nous concentrer sur le secteur hôtelier et sur les infrastructures dédiées aux congrès et au spectacle", a déclaré Neera Chanani, en charge de la branche hôtelière du groupe Caesars Entertainment pour l'Asie du sud.

Non content d'inaugurer des hôtels, le groupe s'implantera donc dans le secteur local du spectacle (concerts, comédies musicales, théâtre et stand-up). Caesar, qui prévoit aussi des monter des spectacles Bollywood, est actuellement en pourparlers avec de grandes entreprises événementielles et des sociétés de production. "Nous cherchons à créer des contenus adaptés au marché indien", a déclaré Chanani.

La plus grande entreprise de casino au monde propose actuellement ses spectacles dans quinze pays, dont la majeure partie est concentrée à Las Vegas.

Caesars Entertainment prévoit aussi d'explorer le secteur indien du jeu, mais n'a pas fourni de détails à ce sujet, rapporte le quotidien. L'Inde n'autorise pas l'investissement direct de fonds étrangers dans les casinos et le jeu, qui est d'ailleurs interdit dans certains états.

Cette année, le groupe Las Vegas Sands Corp, qui développe lui aussi des complexes combinant hôtels et casinos, a également exprimé le désir d'entrer sur le marché indien, tout en prévoyant des difficultés liées à l'approbation du gouvernement, a rapporté le magazine Forbes.