Huffpost Canada Quebec qc

Un proche de l'ex-ministre Whissell aurait tenté de soutirer 50 000 $ à Lino Zambito

Publication: Mis à jour:
MONEY CANADA
Alamy

Un texte de François Messier

L'ancien entrepreneur en construction Lino Zambito affirme que Christian Côté, un organisateur de l'ex-député libéral d'Argenteuil et ex-ministre du Travail David Whissell, a tenté de lui soutirer 50 000 $ en argent comptant à l'été 2007 pour le financement du Parti libéral du Québec.

L'affaire a échoué grâce à l'intervention de l'ex-organisateur libéral Pierre Bibeau.

M. Zambito a lancé ces allégations lors d'un témoignage livré jeudi dernier devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

Ces propos étaient frappés d'un interdit de publication, mais leur diffusion a finalement été autorisée en partie mardi en raison d'une entente entre les avocats des médias et le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

M. Zambito a affirmé que Christian Côté l'a appelé sur son téléphone cellulaire en juin ou en juillet 2007. L'homme d'affaires lui a donné rendez-vous dès le lendemain, dans les locaux de son entreprise, même s'il ne comprenait pas très bien à ce moment qui était cet homme, dont il n'avait jamais entendu parler.

M. Côté, a-t-il dit, s'était présenté comme « quelqu'un qui s'occupait d'organisation et de financement pour le compte du ministre Whissell » et disait travailler pour une filiale de la firme de génie Dessau-Soprin.

Selon M. Zambito, c'est lors de cette rencontre que M. Côté a formulé cette demande, dont la teneur viole la loi électorale du Québec. À l'époque, les individus pouvaient verser un maximum de 3000 $ par année à un parti politique.

L'ex-propriétaire d'Infrabec dit lui avoir répondu : « Écoutez, M. Côté, je ne vous connais pas, vous arrivez dans mes bureaux, vous me demandez 50 000 $ comptant, je ne sais pas qui vous êtes. [...] Vous vous présentez comme un organisateur ou un proche du ministre Whissell, je ne mets pas en doute ça. J'ai dit : "j'aimerais que vous me donniez la fin de semaine pour valider et je vais vous revenir" ». M. Côté aurait laissé son numéro de téléphone avant de quitter les lieux.

Lino Zambito dit qu'il a alors contacté son oncle Jean Rizzuto [NDLR : aucun lien de parenté avec Vito Rizzuto, parrain de la mafia montréalaise] bien connu dans les cercles libéraux, afin de tirer cette affaire au clair. Ce dernier a contacté l'ex-organisateur libéral Pierre Bibeau, afin que les trois hommes discutent de l'affaire dans des locaux appartenant à M. Rizzuto au marché public 440 à Laval.

Selon Lino Zambito, Pierre Bibeau a écouté l'histoire, avant de confirmer que Christian Côté travaillait bel et bien « pour l'organisation du Parti libéral dans le comté de M. Whissell ». M. Bibeau aurait ajouté qu'il allait « régler la situation ».

Sur ce, Pierre Bibeau aurait appelé son fils, Alexandre Bibeau, qui était à l'époque directeur de cabinet du ministre Whissell. Il lui aurait demandé de s'assurer que Christian Côté ne contacte plus Lino Zambito.

« Est-ce qu'il a demandé quelque chose en retour ? », a demandé le procureur de la commission Denis Gallant à M. Zambito. Selon l'entrepreneur en construction, M. Bibeau aurait rétorqué : « Écoutez, c'est réglé. Éventuellement, quand j'aurai besoin de vous, je ferai appel à vous, prenez ça comme un service rendu ».

Lino Zambito dit avoir revu Christian Côté à une ou deux reprises par la suite, à l'occasion de tournois de golf. « Je peux vous confirmer qu'il n'a jamais voulu m'adresser la parole », a-t-il laissé tomber.

Des noms connus

Le nom de Christian Côté était déjà apparu dans un reportage d'Enquête de mars 2010 sur un cocktail de financement pour l'ex-ministre des Affaires municipales Nathalie Normandeau tenu à Montréal, en octobre 2008.

La soirée avait été organisée par M. Côté, vice-président d'une filiale de la firme de génie-conseil Dessau, et aurait permis de ramasser 43 000 $. Des maires, dont Gilles Vaillancourt, et des entrepreneurs, y ont participé.

M. Coté est décrit dans le reportage comme un proche de Nathalie Normandeau et de David Whissell. Mme Normandeau dit elle-même connaître M. Côté depuis 1998 et avoir travaillé avec lui dans ses activités de financement. Selon elle, il agissait ce soir-là à titre privé. Dessau a nié de son côté avoir joué un rôle dans cette soirée.

En mars 2010, le Directeur général des élections du Québec, Marcel Blanchet, avait reconnu que certaines pratiques de financement du Parti libéral du Québec pouvaient soulever des soupçons. Il avait toutefois soutenu qu'il serait très difficile de prouver que M. Côté a agi au nom de la firme Dessau.

Lors d'une entrevue accordée à la radio de Radio-Canada cet été, Pierre Bibeau a dit qu'il ne faisait plus de politique active depuis 2003. Celui qui a longtemps été le conjoint de l'ex-ministre de l'Éducation et vice-première ministre Line Beauchamp était auparavant organisateur en chef du PLQ.

Le fils de M. Bibeau demeure cependant très actif : il appuie ouvertement Philippe Couillard dans le cadre de la course à la direction du Parti libéral du Québec.

David Whissell a été député d'Argenteuil de juin 1998 à décembre 2011. Il a été adjoint parlementaire du premier ministre Jean Charest de mai 2003 à février 2005, président du caucus libéral de février 2005 à février 2007 et ministre du Travail d'avril 2007 à septembre 2009.

Il a quitté le cabinet après que Radio-Canada eut révélé que son entreprise en construction, ABC Rive-Nord, a obtenu des contrats gouvernementaux attribués sans appel d'offres. Les intérêts de M. Whissell dans ABC Rive-Nord avaient été placés dans une fiducie sans droit de regard à partir du moment où il a été nommé ministre.

M. Whissell avait affirmé que le jurisconsulte de l'Assemblée nationale lui avait confirmé à l'époque que cette façon de faire le mettrait à l'abri de conflits d'intérêts en tant que député. Le jurisconsulte avait cependant spécifié que des directives différentes s'appliqueraient au Conseil des ministres.

Pour éviter de liquider le patrimoine familial, M. Whissell avait alors décidé de se retirer du Conseil des ministres en septembre 2007. Il a démissionné de son poste de député quatre ans plus tard, en décembre 2011, quelques semaines avant qu'un nouveau code d'éthique pour les élus n'entre en vigueur.

M. Whissell est aujourd'hui président-directeur général d'ABC Rive-Nord, une firme qui était parfois un rival d'Infrabec dans certains appels d'offres.

Un texte de François Messier

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Construction: la (longue) marche vers une enquête
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction