Huffpost Canada Quebec qc

Des dons politiques illégaux lors d'une activité de financement de l'ex-ministre Normandeau

Publication: Mis à jour:
LINO ZAMBITO
PC

Un texte de François Messier

L'ex-propriétaire d'Infrabec, Lino Zambito, dit avoir incité des entrepreneurs en construction à recourir à des prête-noms dans le cadre d'une activité de financement qu'il a organisée en janvier 2008 pour le compte de l'ex-vice-première ministre et ex-ministre des Affaires municipales du Québec, Nathalie Normandeau.

Selon lui, plusieurs de ces prête-noms étaient des employés de firmes de génie ou d'entrepreneurs en construction qui se faisaient souvent rembourser par la suite en faisant de fausses réclamations sur des contrats publics, dont les montants se trouvaient du coup gonflés. En bout de compte, la facture était donc refilée aux contribuables.

M. Zambito a lancé ces allégations lors d'un témoignage livré jeudi dernier devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

Ces propos étaient frappés d'un interdit de publication, mais leur diffusion a finalement été en partie autorisée mardi en raison d'une entente entre les avocats des médias et le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Le témoin-vedette de la commission Charbonneau dit qu'il a participé une première fois à une activité de financement pour la ministre Normandeau à l'automne 2006, au restaurant Sirocco de Québec.

Il participera aussi à une seconde activité de financement tenue à l'auberge Le Louis-Hébert de Québec à l'automne 2007. C'est à cette occasion qu'il a proposé à une responsable du parti, Violette Trépanier, d'organiser lui-même une campagne de financement pour la ministre.

M. Zambito dit avoir rencontré à ce sujet Mme Trépanier et Marc Bibeau en novembre 2007. La rencontre a eu lieu dans un bureau de Saint-Eustache appartenant à Marc Bibeau, que le témoin a présenté comme le « grand argentier du Parti libéral du Québec ».

Il a été convenu à ce moment que l'évènement aurait lieu au restaurant L'Unique, dans le marché public 40, à Laval, qui appartenait à l'oncle de M. Zambito, Jean Rizzuto.

Lino Zambito raconte avoir dit à cette occasion à M. Bibeau qu'il comptait « inviter une vingtaine de personnes, 20-25 personnes et aller chercher un montant de 100 000 $ ». M. Bibeau aurait répondu : « Écoutez, n'oubliez pas que la loi permet un don de 3000 $ par individu ».

M. Zambito dit alors avoir appelé ses contacts dans les firmes de génie et dans les entreprises de construction. « Je voulais que chaque bureau d'ingénieurs ou chaque entrepreneur réussisse à amener un élu d'une ville pour vraiment rester dans le cadre du ministère des Affaires municipales », a expliqué M. Zambito sous serment.

« Donc, moi j'ai communiqué avec les gens », a expliqué Lino Zambito. « J'ai dit : « Écoutez, la façon qu'on fait, je te vends deux billets. La présence de chaque individu, je la mets à 5000 $. N'oubliez pas la loi électorale. Donc, si vous venez deux individus, ça vous coûte 10 000 $, mais il ne faut pas me faire de chèque au-delà de 3000 $ ».

« Ça veut dire à la personne : amène quatre chèques de 2500 $ », a précisé le témoin. Ces prête-noms pouvaient être des membres de la famille, des connaissances, des employés et des sous-traitants.

Dans ces derniers cas, a dit M. Zambito, l'argent était récupéré sur des contrats publics. Le propriétaire d'Infrabec pouvait par exemple leur dire : « Peux-tu, s'il-vous plaît, me faire deux chèques de 3000 $ et tu me factureras des travaux supplémentaires sur tel chantier et on va te payer ».

Considérant que la majorité des contrats publics obtenus par Infrabec étaient des contrats publics, la commissaire Charbonneau a alors demandé à Lino Zambito si ces faux travaux supplémentaires étaient réclamés à partir de contrats publics et étaient donc payés par le contribuable.

« Je ne le dirais pas comme ça, parce que c'est une dépense additionnelle à nos coûts d'opération », a répondu M. Zambito. « Sauf que, par après, l'ingénieur, quand il [...] vous autorise des extras pour vous compenser pour vous compenser, c'est sûr que c'est les coûts des contrats qui augmentent et c'est le citoyen qui paie », a-t-il fini par admettre.

M. Zambito affirme avoir amassé 110 000 $ lors de cet évènement du 31 janvier 2008. Un rapport du Directeur général des élections déposé en preuve indique cependant que le PLQ a reçu 77 500 $ au terme de cet évènement, grâce à des billets vendus 1000 $ chacun.

M. Zambito n'a pu expliquer pourquoi le DGEQ était parvenu à ces conclusions. « Je pense qu'il y a d'autres personnes qui vont être mieux placées que moi pour vous répondre là-dessus », a-t-il laissé tomber.

L'ex-propriétaire d'Infrabec a aussi affirmé qu'il a envoyé 40 roses à Mme Normandeau en mai 2008 pour souligner son 40e anniversaire de naissance. La commission a présenté en preuve une lettre que Mme Normandeau a envoyée à Lino Zambito pour le remercier de cette attention.

En août 2008, Lino Zambito a aussi contacté le directeur de cabinet de Mme Normandeau, Bruno Lortie, pour lui offrir neuf billets pour un concert de Céline Dion au Centre Bell. L'entrepreneur dit avoir fait cette offre dans le cadre d'une stratégie de « développement des affaires ».

M. Zambito a expliqué que la ministre Normandeau avait assisté à ce concert accompagné d'un membre de sa famille, de son garde du corps, de M. Lortie et de sa conjointe, et d'un dénommé Tétreault, qui travaillait au cabinet du ministre de la Justice de l'époque, Jacques Dupuis. Des amis de Mme Normandeau étaient aussi présents.

Selon Lino Zambito, M. Lortie a profité de cette occasion pour lui demander s'il pouvait avoir des billets pour le spectacle de la chanteuse Madonna, qui devait avoir lieu quelque mois plus tard. M. Zambito dit avoir déniché deux billets, qu'il a envoyés au bureau de Mme Normandeau. Il ne peut dire cependant si elle y a assisté.

En octobre 2008, Bruno Lortie a demandé à Lino Zambito « d'essayer de ramasser 30 000 $ pour une autre activité de financement de Mme Normandeau. Cette demande n'aura pas de suite. L'évènement en question devait avoir lieu le 15 octobre, date à laquelle l'émission Enquête a diffusé un premier reportage impliquant Lino Zambito.

La veille ou l'avant-veille de cet évènement, a raconté M. Zambito, Bruno Lortie l'a appelé pour lui dire : « Écoutez, ça ne sera pas nécessaire que vous soyez là, et qu'est-ce que vous on a demandé comme financement, oubliez ça. »

Sur le rôle des firmes de génie

Selon Lino Zambito, les bureaux d'ingénieurs pigent « rarement » dans leurs poches pour contribuer à des campagnes électorales, tant au niveau municipal que provincial. Ils vont plutôt chercher l'argent auprès des entrepreneurs en construction en leur disant par exemple : « Écoute, ça me prend tant, je vais te le passer en extra, tu me le redonneras en liquide, et tout le monde est heureux », a-t-il illustré.

Les « extras » sont des sommes que les entrepreneurs peuvent réclamer pour des travaux imprévus au contrat. Dans les contrats accordés par le ministère des Transports du Québec et la plupart des municipalités de la province, ces « extras » sont approuvés par la firme de génie choisie pour superviser les travaux.

« Sur des projets du ministère des Transports du Québec, il y a des firmes d'ingénieurs qui sont mandatées à faire la conception, à faire la surveillance », a expliqué Lino Zambito. « Ces bureaux d'ingénieurs là se font donner des commandes politiques, ils ont des montants à verser aux caisses électorales des partis politiques ».

« Je vous le dis puis je vous le reconfirme : c'est très rare que ces gens-là vont piger dans leur poche. Le maillon, la chaîne facile, c'est d'aller vers l'entrepreneur. [...] Il y a une part [des extras, NDLR] qui reste à l'entrepreneur, une part qui va au bureau d'ingénieurs, par l'intermédiaire de l'entrepreneur, qui le remet de façon comptant, et eux, ça leur permet de financer les partis politiques. »

« Moi, [...] je n'ai pas été un grand joueur au ministère des Transports. J'ai eu des contrats, mais sur des projets donnés, j'ai été approché par des bureaux d'ingénieurs, où il y avait des contributions à faire, puis on me l'a dit : Donne-moi un coup de main, donne-moi 20 000 $, 30 000 $, j'ai besoin de 20 000 $, 30 000 $ comptant, puis sur le contrat, je vais te le passer en extra. »

« On se faisait solliciter, je ne vous dirais pas à toutes les semaines, mais aux deux semaines. Il y avait un cocktail de financement pour tel ministre, pour tel député, pour tel... », a poursuivi Lino Zambito.

« Les ingénieurs avaient... on leur donnait 100 billets à vendre. Vers qui vous pensez qu'ils se retournaient? On se retournait vers les entrepreneurs. On m'appelait : ''peux-tu m'en placer cinq? Peux-tu m'en placer dix?''. Là, on achetait les billets, puis c'était tout le temps : ''Bien, donne-moi un coup de main, puis sur tel chantier, ou sur le prochain chantier qu'on aura ensemble, je vais te donner un coup de main, Ça ne te coûtera rien de tes poches''. C'était la façon de faire. »

Un texte de François Messier

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Construction: la (longue) marche vers une enquête
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Financement des partis : Lino Zambito se vide le coeur, Nathalie ...

Zambito dit avoir invité des gens à contourner la loi électorale lors d ...

L'ex-ministre Normandeau dans l'embarras | Vincent Larouche et ...