NOUVELLES

Tunisie: fronde dans un parti allié aux islamistes, démission de 4 députés

09/10/2012 03:47 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

Quatre députés du parti tunisien de centre gauche Ettakatol, ont démissionné de leur mouvement pour dénoncer sa soumission à son allié islamiste au gouvernement, selon un communiqué diffusé mardi.

Avec ces démissions de Selim Ben Abdessalem, Fatma Gharbi, Ali Becherifa et Selma Mabrouk, Ettakatol a perdu depuis l'élection en octobre 2011 de l'Assemblée nationale constituante (ANC) huit de ses 20 députés.

"Le mouvement (islamiste) Ennahda monopolise le processus de décision politique et Ettakatol se résigne à cette suprématie, ce qui nous éloigne des valeurs qui nous ont fait adhérer à Ettakatol", a déclaré Selim Ben Abdessalem lors d'une conférence de presse.

La coalition au pouvoir est très largement dominée par les islamistes qui se sont associés aux partis de centre gauche Ettakatol et Congrès pour la République (CPR) du président tunisien Moncef Marzouki.

La popularité de ces deux partis a largement chuté, selon les sondages d'opinion, leur base les jugeant trop soumis aux islamistes. Les deux mouvements ont d'ailleurs connu plusieurs scissions ces derniers mois.

Le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, qui est le chef d'Ettakatol, n'avait pas réagi aux quatre démissions dans la soirée de mardi.

Le majorité au pouvoir est par ailleurs très critiquée en raison de la lenteur de la rédaction de la future Constitution.

Les élus de l'ANC s'étaient engagés à achever le texte en un an, un délai qui expire le 23 octobre. Une partie de l'opposition juge dès lors que le gouvernement perd sa légitimité à cette date.

str-alf/feb

PLUS:afp