NOUVELLES

Terrorisme en Syrie: deux suspects sont arrêtés par Scotland Yark à Heathrow

09/10/2012 10:44 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

LONDRES - La police britannique a rapporté mercredi l'arrestation de deux personnes à l'aéroport de Heathrow, à Londres, dans le cadre d'une enquête sur des activités terroristes en Syrie.

Par voie de communiqué, Scotland Yard a fait savoir tôt mercredi que des agents antiterroristes avaient interpellé un homme et une femme, tous deux âgés de 26 ans, après l'arrivée de ceux-ci, mardi, en provenance d'un aéroport égyptien.

La police n'a toutefois pas indiqué clairement si les suspects revenaient de Syrie ou s'ils comptaient s'y rendre à partir de Londres. Le communiqué indique également que deux résidences de l'est de la capitale faisaient aussi l'objet de perquisitions dans le cadre de l'enquête.

Toujours selon le communiqué, les suspects arrêtés sont soupçonnés d'avoir «commis, préparé ou instigué des actes de terrorisme». Ni leur nom ni leur nationalité n'ont été dévoilés. Les suspects ont été conduits dans une centrale de police du centre de Londres et demeuraient en garde à vue.

Un porte-parole de la police a indiqué qu'aucun autre commentaire ne sera émis pour le moment.

La peur du terrorisme en Syrie a grandi depuis le début de la guerre civile sanglante, qui a franchi le cap des 18 mois. Une commission des Nations unies avertissait le mois dernier que le nombre de combattants étrangers étaient en hausse, un développement qui, selon elle, pourrait radicaliser la rébellion contre le régime du président Bachar el-Assad. La Fondation Quilliam, un groupe de réflexion basé à Londres qui se spécialise dans l'étude de l'extrémisme, a estimé qu'il devait y avoir entre 1200 et 1500 combattants étrangers en Syrie.

Les inquiétudes sont particulièrement vives au Royaume-Uni, qui héberge une vaste population musulmane et qui a été la cible d'une attaque terroriste dévastatrice perpétrée en 2005 par des islamistes nés en sol britannique.

La peur de voir des musulmans britanniques se glisser en Syrie pour rejoindre les extrémistes d'Al-Qaïda a monté d'un cran en août lorsque le photographe indépendant John Cantlie a soutenu avoir été pris en otage par un groupe d'extrémistes comprenant un homme qui, selon lui, parlait avec un accent londonien.

PLUS:pc