NOUVELLES

Rencontre avec les syndicats : le maire critique l'absence des cols bleus

09/10/2012 06:55 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

Le maire de Québec Régis Labeaume trouve déplorable l'absence du syndicat des cols bleus à sa deuxième rencontre avec les différents représentants syndicaux des employés de la Ville. Les discussions se déroulent toute la journée, mardi, à l'édifice de l'ancien hôtel de ville de Sainte-Foy.

Comme en juin dernier, tous les syndicats sont présents, à l'exception des cols bleus qui sont toujours en grève des heures supplémentaires. Selon le maire, l'absence du Syndicat des employés manuels est une erreur. « Au lieu de se demander comment ils vont faire la grève l'hiver prochain, ils devraient être ici à travailler et à trouver des solutions. »

Le maire Labeaume a ajouté que la décision des cols bleus dans le contexte est difficile à justifier. « Ils doivent ça à la population qui les paye très bien. Alors, je trouve que c'est très malsain comme réflexe de la part du syndicat des cols bleus. Ils doivent avoir de bonnes raisons, mais nous on ne les comprend pas », affirme le maire Labeaume.

Ce dernier souhaite poursuivre les efforts pour rétablir les ponts avec les différents groupes d'employés, mais il en profite surtout pour tracer le bilan des caisses de retraite des employés municipaux.

La Fraternité des policiers de la Ville de Québec attend de pied ferme les précisions sur ce dernier point épineux dans les relations avec l'administration municipale. « Le maire Labeaume en fait le point le plus litigieux. Alors, oui, on est prêt à échanger là-dessus. Mais il faut d'abord avoir les vrais chiffres, et présentement on n'a pas les vrais chiffres. C'est un problème à la Ville de Québec d'avoir des vrais chiffres », affirme le président de la Fraternité, Bernard Lehre.

Attentes élevées

Bernard Lehre admet que les attentes pour cette deuxième rencontre sont plus élevées. Les syndicats espèrent maintenant des réponses claires aux nombreuses questions soulevées en juin.

La première rencontre avait permis au maire et aux syndicats de faire le point sur les relations parfois houleuses entre l'administration municipale et ses employés. L'exercice a réuni une quarantaine de personnes autour de la table, pour discuter derrière des portes closes.

Les représentants syndicaux avaient alors reconnu que le maire Labeaume semblait plus ouvert à discuter. La plupart d'entre eux étaient ressortis satisfaits de cette première réunion au sommet convoquée par l'administration municipale.

PLUS: