NOUVELLES

Mitt Romney devance Barack Obama dans trois sondages nationaux

09/10/2012 12:11 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

WASHINGTON - À moins d'un mois de l'élection présidentielle aux États-Unis, le candidat républicain Mitt Romney, apparemment ramené à la vie par sa femme et son fils aîné, devance désormais Barack Obama dans les intentions de vote, selon trois sondages nationaux rendus publics mardi.

Un sondage de Public Policy Polling publié mardi donne 49 pour cent des voix au candidat républicain, contre 47 pour cent pour le président sortant. Un sondage du Pew Research Center donne quant à lui 49 pour cent des voix à Mitt Romney, contre 45 pour cent pour Barack Obama.

Dans le premier sondage national mené par la maison Gallup auprès des électeurs qui ont l'intention d'aller voter — et non les électeurs inscrits —, M. Romney obtient deux points de pourcentage de plus que M. Obama, à 49 pour cent contre 47. Mais parmi les électeurs inscrits, le président sortant reste en avance avec 49 pour cent des intentions de vote, contre 46 pour cent pour son rival.

La femme et le fils aîné de Mitt Romney seraient responsables de l'image améliorée du candidat. Le site Politico.com affirmait mardi que la femme de M. Romney, Ann, et leur fils Tagg avaient pris le contrôle de sa campagne au détriment de certains de ses conseillers politiques. Ann et Tagg Romney ont fait pression pour que le candidat présente une «image plus douce et modérée», plus fidèle à l'homme «généreux et facilement accessible» qu'ils connaissent, selon le site.

Les proches de Mitt Romney ont blâmé le stratège en chef de sa campagne, Stuart Stevens, pour un début de campagne difficile. Tagg Romney serait désormais aux commandes de la campagne jusqu'à l'élection présidentielle du 6 novembre.

Pendant ce temps, l'équipe Obama tente de ne pas se montrer affectée.

«Nous avons toujours senti que cette campagne serait serrée», a déclaré la secrétaire de presse de campagne de Barack Obama, Jen Psaki, à bord de l'avion présidentiel qui se rendait dans l'Ohio.

«Nous savons qu'il y aura beaucoup de hauts et de bas. (...) Nous mettons en application notre propre plan de match. Nous nous concentrons sur la mobilisation de nos partisans, sur la communication du choix que les électeurs auront à faire», a-t-elle dit.

Mais même le gentil Big Bird, de l'émission pour enfants «Sesame Street», n'a pas voulu donner un coup de main au président, mardi.

L'équipe de campagne de Barack Obama a lancé une publicité télévisée qui se moque de Mitt Romney pour avoir proposé, lors du débat de la semaine dernière, de couper le financement de la chaîne publique PBS, qui présente l'émission «Sesame Street». La publicité présente ironiquement Big Bird comme un dangereux criminel responsable de toute une série de scandales financiers.

«Un homme a le courage de prononcer son nom», dit la publicité, en montrant Mitt Romney, puis la créatures à plumes. «Gros. Jaune. Une menace pour notre économie. Mitt Romney sait que ce n'est pas de Wall Street qu'il faut s'inquiéter. C'est de Sesame Street.»

L'organisation Sesame Workshop, qui produit l'émission, ne l'a pas trouvée très drôle et a demandé à l'équipe Obama de retirer la publicité.

«Sesame Workshop est une organisation non partisane sans but lucratif. Nous n'endossons pas de candidats et nous ne participons pas aux campagnes politiques», a souligné l'organisation.

«Nous n'avons pas approuvé de publicité de campagne, et comme le veut notre pratique en général, nous avons demandé le retrait de la publicité.»

Mitt Romney a ridiculisé le président Obama pour sa publicité lors d'un arrêt de campagne dans l'Iowa mardi.

«Il y a de quoi se gratter la tête quand le président passe une semaine à parler de sauver Big Bird», a-t-il dit. «Je pense que nous avons besoin d'un président qui parle de sauver le peuple américain et de sauver les bons emplois.»

PLUS:pc