NOUVELLES

Triple meurtre à Amos: le suspect, Justin Bresaw, ne sera pas extradé au Canada pour l'instant

09/10/2012 07:37 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST
shutterstock
jail cells with the doors...

MONTRÉAL - L'homme arrêté aux États-Unis pour le triple meurtre commis le mois dernier à Amos, en Abitibi-Témiscamingue, ne sera pas extradé au Canada tant que les procédures judiciaires reliées à d'autres accusations déposées contre lui aux États-Unis ne seront pas terminées.

Justin Bresaw a été appréhendé par la police dimanche à Tallahassee, en Floride, après deux semaines de cavale. Il est apparu en cour deux fois depuis.

Un avocat de l'État de la Floride, John Fuchs, a soutenu que les autorités américaines étaient au courant de la demande d'extradition du Canada et qu'elles tentaient aussi d'accélérer le dossier.

Justin Bresaw a fait l'objet d'un mandat d'arrestation pancanadien et d'une alerte d'Interpol après que trois personnes — René Deschatelets, Diane Duhaime et Jean-Guy Labelle — eurent été retrouvées sans vie dans une maison incendiée d'Amos. Il fait maintenant face à trois accusations de meurtre prémédité de ce côté-ci de la frontière.

Son arrestation aux États-Unis ne s'est pas faite sans heurt. Aperçu en train de recharger son ordinateur portable derrière une église, il a d'abord fourni une fausse identité aux policiers. Il a ensuite tenté de prendre la fuite. S'en est suivie une poursuite à pied au cours de laquelle un policier a subi de sévères blessures au visage en entrant en collision avec une poutre de soutien en métal.

Me Fuchs dit savoir que les autorités canadiennes sont impatientes de voir Bresaw comparaître devant un juge du Québec. Or, l'homme de 35 ans fait maintenant l'objet d'accusations sérieuses en Floride concernant son arrestation. Ces accusations — qui pourraient lui valoir 15 ans de prison — devront être jugées en premier, selon Me Fuchs.

«Il a sévèrement battu un agent des forces de l'ordre et il doit répondre de cela», a-t-il indiqué. «Ses gestes [commis en Floride] doivent être jugés... Nous travaillons tous main dans la main pour ne pas retarder le processus d'extradition car nous comprenons tout à fait la sévérité des accusations auxquelles il fait face au Canada.»

Bresaw doit normalement comparaître à nouveau mercredi pour la troisième fois en autant de jours.

La date de son procès devrait être déterminée dans quelques semaines.

Le sergent Pierre Tremblay, de la Sûreté du Québec, a indiqué mardi que les autorités canadiennes ne savaient pas combien de temps allait s'écouler avant que Bresaw soit livré aux autorités policières canadiennes.