NOUVELLES

Les mises en chantier ont ralenti en septembre, selon la SCHL

09/10/2012 09:15 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

OTTAWA - Le rythme des mises en chantier a poursuivi son ralentissement le mois dernier, mais pas assez pour craindre une correction qui pourrait avoir un impact sérieux sur l'économie.

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a dénombré 19 750 mises en chantier à travers le pays en septembre. En données désaisonnalisées et annualisées, ce chiffre atteint 220 215 mises en chantier, une baisse par rapport à celui de 225 328 enregistré en août.

Dans les centres urbains, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d'habitations a diminué de 3 pour cent en septembre, pour s'établir à 203 731.

Les statistiques de septembre demeurent toutefois supérieures aux prévisions de 205 000 unités des analystes, en plus d'être plus importantes que le taux jugé nécessaire par les économistes pour répondre à la croissance du nombre de ménages.

«À notre avis, le Canada un surplus de logements est toujours à craindre», a déclaré l'économiste Francis Fong, de la Banque Toronto-Dominion.

«La demande pour les nouvelles demeures est principalement soutenue par les taux d'intérêts avantageux.»

Dans une nouvelle série de perspectives mondiales publiées lundi, le Fonds monétaire international a mentionné le secteur immobilier résidentiel et l'endettement des ménages comme étant deux sources d'inquiétude au Canada. Le niveau d'endettement moyen des ménages s'établit actuellement à 152 pour cent du revenu disponible.

«Un déclin prononcé ou soutenu des prix des maisons pourrait constituer un revers important pour le secteur immobilier et la demande intérieure», a déclaré l'institution de Washington.

Ces inquiétudes ont déjà été exprimées par le passé, entre autres par le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, et le ministre des Finances, Jim Flaherty, qui a resserré quatre fois en autant d'années les conditions d'octroi des prêts hypothécaires.

L'économiste Derek Holt, de la Banque Scotia, s'attend à ce le secteur de l'habitation nuise un peu à l'économie canadienne au troisième trimestre. Même si elle reste forte, l'activité de construction de nouveaux logements cet été était moins vigoureuse qu'au printemps, a-t-il expliqué.

Le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier en milieu urbain a augmenté en septembre de 17,6 pour cent dans les Prairies et de 20,3 pour cent dans la région de l'Atlantique. Il a grimpé de 1,3 pour cent au Québec, tandis qu'il a reculé de 3,7 pour cent en Colombie-Britannique et de 18,2 pour cent en Ontario.

Au Québec, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations s'est situé à 42 515 en septembre, en faible hausse par rapport à celui de 41 950 enregistré en août.

PLUS:pc