NOUVELLES

Le Canada coincé dans une guerre de tomates entre le Mexique et les États-Unis

09/10/2012 11:25 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

Le prix des tomates canadiennes a baissé de 40 % en raison d'une surabondance de tomates mexicaines bon marché aux États-Unis selon l'association ontarienne des cultivateurs de légumes de serre.

En 1996, le département américain du commerce a établi un prix de vente minimum des tomates importées du Mexique, cependant, 16 ans plus tard, le prix n'a pas été changé et les producteurs de tomates en Floride disent qu'il est trop bas.

Cette saison, la récolte de tomates était exceptionnelle. Par contre, les bas prix nuisent aux exportateurs canadiens, surtout ceux de Leamington, la capitale canadienne de la tomate.

Les serres dans la ville de Leamington, l'une des plus au sud du pays, pourraient recouvrir 1000 terrains de football canadiens.

Le président de l'association ontarienne des cultivateurs de légumes de serre, Don Taylor, affirme que 70 % des producteurs de légumes de serre exportent vers les États-Unis.

« Un prix plus bas signifie moins de profit pour nous », dit-il.

Le producteur de tomates Steve Enns le sait bien, car ses tomates coûtent plus chères à produire que le prix qu'il en retire. « Je reçois 10 cents pour une livre, ce qui est moins que le coût pour les faire pousser », raconte-t-il.

Moteur économique

Don Taylor craint pour l'économie de la région de Windsor-Essex. Les trois produits majoritairement cultivés en serre en Ontario sont les tomates, les poivrons et les concombres. Il est aussi très difficile de changer de récolte pour les producteurs.

« Une fois qu'un producteur choisit les tomates, les coûts pour transformer les serres pour un autre légume sont très élevés », souligne-t-il. Ce dernier ajoute par ailleurs que « les prix de cette année remettent en question les plans d'expansion de plusieurs agriculteurs ».

Don Taylor indique que l'expansion des serres a été un moteur économique important dans la région de Windsor-Essex ces 20 dernières années.

Décision américaine à venir

Aux États-Unis, le département du commerce a indiqué en septembre qu'il pourrait se ranger du côté des producteurs de tomates de la Floride et abolir l'entente avec le Mexique.

« Si cette entente est abandonnée, difficile de dire comment nous pourrions être affectés, mais cela pourrait avoir un impact sur notre capacité à exporter des tomates et leur prix », explique M. Taylor.

La multinationale Wal-Mart a demandé au département américain de maintenir l'entente.

En 2008, l'administration Obama a maintenu l'accord, mais pendant une année électorale, les décisions pourraient être différentes.

Le département du commerce américain doit prendre une décision d'ici 270 jours.

PLUS: