NOUVELLES

L'ancien entraîneur-adjoint Jerry Sandusky écope d'une peine d'au moins 30 ans

09/10/2012 10:45 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST
AP
Jerry Sandusky leaves the Centre County Courthouse Friday, June 22, 2012, after being found guilty in his sexual abuse trial, in Bellefonte, Pa. Sandusky was convicted of sexually assaulting 10 boys over 15 years, accusations that had sent shock waves through the college campus known as Happy Valley and led to the firing of Penn State's beloved Hall of Fame coach, Joe Paterno. (AP Photo/Centre Daily Times, Nabil K. Mark)

BELLEFONTE, États-Unis - Jerry Sandusky a été condamné à au moins 30 ans de prison dans le scandale d'abus sexuels sur des enfants qui a plongé l'université Penn State dans l'embarras et causé la perte de l'entraîneur Joe Paterno.

On peut pratiquement parler d'emprisonnement à vie dans son cas. Cette sentence signifie que l'ancien entraîneur-adjoint de 68 ans se retrouvera en prison au moins jusqu'à près de 100 ans.

Le juge John Cleland a imposé la sentence mardi, quatre mois après qu'un jury eut déclaré Sandusky coupable de 45 chefs d'accusation d'abus sexuels sur enfants.

En plaidant son innocence, Sandusky a mentionné qu'il n'est pas un monstre et a ajouté qu'il n'a pas commis ces «prétendus actes répugnants».

Il a aussi parlé de sa vie en prison et de la douleur éprouvée loin des siens, ajoutant qu'il envisage de faire appel, une démarche, a dit son avocat, qu'il entreprendra probablement dans les prochaines semaines. La défense prétend ne pas avoir eu suffisamment de temps pour se préparer au procès.

Trois des victimes se sont aussi adressées à la cour, retenant souvent leurs larmes. L'une d'entre elles a parfois regardé Sandusky droit dans les yeux.

En juin dernier, Sandusky a été trouvé coupable, notamment, d'avoir attenté à la pudeur de 10 garçons sur une période de 15 ans. Des témoins ont déclaré que Sandusky se servait de son organisme caritatif comme d'un terrain de chasse pour trouver ses proies.

Son arrestation, il y a 11 mois, et les détails qui ont été dévoilés pendant son procès ont transformé son image, le faisant passer d'entraîneur admiré pour son implication dans la communauté avec son organisme The Second Mile à celle de pervers abusant des jeunes qui venaient lui demander son aide.

Huit des garçons dont il a été trouvé coupable d'avoir abusé ont témoigné à son procès, décrivant des actes dégoûtants. L'un des témoins vedettes de la poursuite, l'adjoint Mike McQueary, a déclaré avoir vu Sandusky violer un garçon dans les douches du vestiaire.

L'une des trois victimes qui s'est adressée au tribunal, mardi, a déclaré que Sandusky est dans le déni et qu'il devrait «arrêter de trouver des excuses».

«Je me retrouve avec des blessures douloureuses et profondes, blessures que vous avez causées et que j'ai cachées au fond de mon âme pendant plusieurs années.»

«Je suis troublé par des images de son corps nu, des images qui ne s'effaceront pas pour plusieurs années encore», a dit une autre victime, tandis que la troisième a déclaré que son seul regret était de ne pas l'avoir dénoncé plus tôt.

Sandusky se dit quant à lui victime d'un complot ourdi par Penn State, les enquêteurs, les procureurs, les médias et d'autres personnes. Son allocuation devant le juge Cleland a duré près de 15 minutes, sa voix chevrotant quand il a évoqué sa famille.

Le juge Cleland a condamné Sandusky à une peine de 30 à 60 ans de prison. Selon les lois en vigueur en Pennsylvanie, Sandusky ne peut pas être remis en liberté avant d'avoir purgé le minimum de cette sentence.

«La tragédie de ce crime est qu'il s'agit d'une histoire de trahison, la plus évidente étant votre trahison à l'endroit de 10 enfants, a dit Cleland avant de prononcer la sentence. Je ne vais pas vous condamner à des siècles de prison, bien que la loi m'y autorise», a ajouté le juge, précisant qu'il s'attendait à ce que Sandusky meure en prison.

Avant de prononcer sa sentence, le juge Cleland a désigné Sandusky comme un violent prédateur sexuel aux yeux de la Loi Megan de l'État. Cette dénomination n'a pas de conséquence pour Sandusky, puisqu'elle recquiert des prédateurs sexuels de continuellement communiquer leurs déplacements aux autorités une fois qu'ils recouvrent leur liberté.

«Vous avez abusé de la confiance de ceux qui vous faisaient confiance», a martelé le juge Cleland.

Le président de Penn State, Rodney Erickson, a émis un communiqué une fois la sentence connue.

«Nos pensées aujourd'hui, comme elles l'ont été pendant la dernière année, vont aux victimes de Jerry Sandusky. Si la sentence qui lui est infligée aujourd'hui ne peut pas effacer ce qui a été commis, nous souhaitons qu'elle puisse offrir un certain baume à ceux qui ont vécu ces terribles événements.»