INTERNATIONAL

Israël: Benyamin Nétanyahou provoque des élections anticipées au début de 2013

09/10/2012 02:41 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST
AP
Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks during a press conference at the Prime Minister's office in Jerusalem, Tuesday, Oct. 9, 2012. Netanyahu has ordered new parliamentary elections in early 2013, roughly eight months ahead of schedule. (AP Photo/Bernat Armangue)

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien a annoncé mardi de nouvelles élections au début de 2013, soit environ huit mois avant la date prévue, ouvrant la voie à une campagne électorale rapide qui devrait mener à sa réélection.

Depuis près de quatre ans, Benyamin Nétanyahou dirige une coalition conservatrice qui s'est révélée relativement stable, dans un pays où les gouvernements terminent rarement leur mandat. Sa réélection pourrait lui donner un nouveau mandat pour poursuivre sa politique de la ligne dure contre le programme nucléaire iranien, retarder davantage les négociations de paix avec les Palestiniens et compliquer les relations avec les États-Unis si le président Barack Obama est réélu.

Dans un discours télévisé, M. Nétanyahou a déclaré qu'il était forcé de déclencher des élections à cause de l'incapacité de la coalition au pouvoir à s'entendre sur le budget.

«J'ai décidé qu'il était dans le meilleur intérêt d'Israël de convoquer des élections maintenant et de les tenir le plus tôt possible», a-t-il dit. «Pour Israël, il est préférable d'avoir la campagne la plus courte possible, une campagne de trois mois plutôt qu'une campagne qui pourrait durer un an et nuire à l'économie d'Israël.»

Sans adversaire sérieux à l'horizon, Benyamin Nétanyahou devrait être facilement réélu. Sa cote de popularité reste forte et l'opposition est fragmentée.

Les prochaines élections devaient avoir lieu dans un an, mais depuis des semaines, les rumeurs laissaient entendre que les jours du gouvernement actuel étaient comptés et que M. Nétanyahou convoquerait bientôt des élections.

La raison évoquée pour organiser de nouvelles élections est l'incapacité de la coalition à adopter le budget de 2013 avant la date limite du 31 décembre, mais M. Nétanyahou envisageait depuis longtemps de convoquer des élections anticipées, compte tenu de sa position avantageuse dans les sondages d'opinion, l'absence de rival et les craintes de voir l'économie israélienne s'affaiblir l'an prochain.

Un sondage publié récemment dans le quotidien «Haaretz» montre que 35 pour cent des Israéliens pensent que Benyamin Nétanyahou est le meilleur candidat au poste de premier ministre, soit plus du double du score obtenu par sa plus proche rivale, la chef du Parti travailliste, Shelly Yachimovich. Le sondage a été mené auprès de 507 personnes et comporte une marge d'erreur de 4,2 points de pourcentage.

Le Parlement doit se réunir la semaine prochaine pour sa session d'hiver, mais sans avoir adopté de budget annuel. M. Nétanyahou devrait alors annoncer formellement la dissolution de l'assemblée.