«La Célibataire», version India Desjardins en bande dessinée (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
INDIA
«La Célibataire», version India Desjardins en BD (ENTREVUE). | Patrick Lemay

En faisant appel à ses instincts d'adolescentes, India Desjardins est devenue l'une des auteures québécoises les plus populaires de l'histoire. Après avoir vendu près de 800 000 exemplaires du Journal d'Aurélie Laflamme au Québec et en France, voilà qu'elle nous revient avec la version femme et adulte de sa plume, en présentant sa toute première bande dessinée, La Célibataire, créée en étroite collaboration avec l'illustratrice française Magalie Foutrier.

En publiant le dernier tome de sa série jeunesse en septembre 2011, India Desjardins admet avoir vécu un deuil bien plus imposant qu'elle ne l'aurait cru. «Mon automne et mon hiver ont été très influencés émotivement par la fin d'Aurélie. Comme je n'avais pas assez de distance pour écrire un nouveau roman, j'ai eu envie de prendre un risque et d'offrir une autre facette de moi. Après huit ans à travailler seule sur Aurélie, le projet d'équipe de la BD est la meilleure chose qui pouvait m'arriver.»

Simple, légère, colorée, rafraichissante, réconfortante, pleine d'émotions et fichtrement bien illustrée, La Célibataire s'attarde à la recherche de l'amour non-glamour. «J'ai voulu présenter le célibat d'une fille normale, qui n'est pas toujours dans les grosses soirées VIP avec du linge à 5 000$. Avec Magalie, on a créé une célibataire qui a du mal à oublier son ex et qui sabote ses relations, parce qu'elle a peur de l'engagement. Mais ça reste léger et très humoristique. On s'est amusée à imager ses rendez-vous galants et ses réflexions dans la vie de tous les jours. Notre personnage ressemble à plusieurs filles de notre entourage, et elle pourrait vivre aussi bien à Montréal qu'à Paris.»

Lectrice assidue d'Archi et de Mafalda quand elle était enfant, admirant aujourd'hui les bédéistes québécois Pascal Girard, Michel Rabagliati et Pascal Blanchet, l'écrivaine a eu envie de transformer plusieurs anecdotes de sa propre vie de célibataire en gags illustrés. Pour ce faire, elle avait besoin de l'illustratrice Magalie Foutrier, pour qui elle a eu un coup de cœur instantané. «Elle a un trait de crayon élégant, féminin et plein de tendresse, qui colle bien à mon écriture humoristique. Elle s'en vient ici à la fin novembre pour le Salon du livre et j'ai plein de choses à lui faire découvrir. J'ai trouvé une amie avec elle.»

Tâtant le terrain de la création Québec-France pour la première fois, India Desjardins a vu ses collègues aux Éditions Michel Lafon tomber en amour avec la belle province. «Pendant tout le processus de travail, je n'ai pas changé qui je suis et eux non plus. Ils sont tombés en amour avec certaines de nos expressions. Ils ont lu la série Aurélie, loué le film et ils me demandent souvent des suggestions de films québécois. C'était hyper agréable de travailler avec eux!»

En plus d'espérer plancher sur un deuxième tome de La Célibataire, India travaille sur un scénario inspiré de sa nouvelle publiée dans le recueil Amour et libertinage, ainsi que sur l'adaptation d'un deuxième film basé sur les aventures d'Aurélie Laflamme. «Le scénario n'est pas encore déposé aux institutions et je ne me suis pas donné d'échéancier à respecter. Les jeunes m'ont dit qu'ils allaient m'attendre, alors je me donne le droit de prendre mon temps.»

celibataire india