NOUVELLES

Double attentat suicide contre les services de sécurité près de Damas

09/10/2012 03:54 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

Un double attentat suicide a visé un important siège des services de renseignements de l'armée de l'air, près de Damas, faisant des dizaines de morts, a indiqué mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En revanche, une source au sein des services de sécurité syriens a affirmé que les attentats avaient été déjoués, même si un des véhicules piégés a explosé à proximité du site visé, faisant un nombre indéterminé de blessés.

Il n'y a cependant pas eu de réaction officielle à l'attaque perpétrée lundi soir à Harasta, à 10 km au nord-est de Damas, et revendiqué par un groupuscule jihadiste, le front al-Nosra.

Lundi soir, deux explosions à une vingtaine de minutes d'intervalles ont visé le siège provincial des services de renseignements de l'armée de l'air et un centre de maintenance des véhicules militaires, a indiqué Rami Abdel Rahmane, chef de l'OSDH.

"Des dizaines de personnes ont été tuées dans l'attaque contre le siège des services de renseignements, et on ignore le sort des centaines de prisonniers qui s'y trouvaient", a-t-il ajouté.

Selon M. Abdel Rahmane, le site visé est le plus grand centre de détention de la province de Damas. "Je tiens pour responsable du sort des détenus, non seulement ceux qui ont mené l'attaque, mais également le régime qui détient dans ses geôles des milliers de prisonniers", a-t-il ajouté.

Le Front al-Nosra, proche d'al-Qaïda, a revendiqué sur Facebook ces attentats, évoquant deux véhicules piégés, dont une ambulance, bourrés de plusieurs tonnes d'explosifs et conduites par deux kamikazes.

"Un véhicule bourré de neuf tonnes d'explosifs, conduit par le héros martyr Abouzor al Chami, a détruit l'immeuble", a écrit le groupe. "Puis 25 minutes plus tard, un autre héros martyr, Abou Yehya al-Chami, a fait sauter l'ambulance transportant une tonne d'explosifs qu'il conduisait pour détruire le reste de ce siège et tuer les survivants".

"Ensuite, nos combattants ont tiré des obus sur ce qui restait du siège", a ajouté al-Nosra, un groupe inconnu avant le début du conflit syrien, qui a revendiqué la plupart des attentats récents dans le pays.

Les médias officiels ont passé sous silence les attentats de lundi.

En revanche, une source au sein des services de sécurité a démenti cette version. Selon elle, les gardes ont tiré sur le premier véhicule avant qu'il ne pénètre dans l'enceinte ultra-protégée. La voiture a toutefois explosé, et le souffle de l'explosion a provoqué d'importants dégâts et fait des blessés.

La seconde voiture a été interceptée et son conducteur arrêté, a précisé la source. "Ceci a été le signal à un assaut de grande envergure de la part des terroristes qui voulaient s'emparer de ce bâtiment, mais après cinq heures de combats ils ont été repoussés", a ajouté ce responsable des services de sécurité.

kam-sk/cnp

PLUS:afp