POLITIQUE

Réseau gouvernemental de télécommunications : Ottawa exclut un fournisseur chinois pour cause de sécurité

09/10/2012 06:52 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST
Shutterstock
a front view close up of five...

Le Canada a interdit à un ou plusieurs fournisseurs étrangers d'équipements de télécommunications de participer à la construction d'un important réseau gouvernemental, ont indiqué mardi des responsables, sans dire s'il s'agissait du géant chinois Huawei.

Le gouvernement canadien a invoqué "l'exception au titre de la sécurité nationale" prévue dans ses accords commerciaux internationaux, a souligné Andrew MacDougall, porte-parole du Premier ministre canadien Stephen Harper.

Cette mise au point intervient au lendemain de l'avertissement lancé lundi par une commission du Congrès américain, selon lequel des équipements fournis par les groupes chinois Huawei et ZTE pourraient être utilisés à des fins d'espionnage.

Le géant Huawei fournit déjà des réseaux à haut débit pour des sociétés canadiennes du secteur comme Bell Canada, Telus, Sasktel et Wind Mobile.

Huawei a estimé lundi que le texte du Congrès américain qui le considère comme une menace pour la sécurité des Etats-Unis était "un exercice de dénigrement de la Chine".

Le gouvernement canadien reste cependant sur ses gardes alors qu'il reconstruit des réseaux endommagés par des cyber-attaques en 2010.

"Le gouvernement sera très prudent dans le choix (des fournisseurs) pour la construction de ce réseau et il a invoqué l'exception au titre de la sécurité nationale", a déclaré M. MacDougall.

Le ministère des Services partagés qui est chargé de la construction du nouveau réseau, a indiqué dans un communiqué qu'il accordait "une grande importance à la cybersécurité et procède en suivant les conseils d'experts".

"Notre gouvernement s'est doté d'une stratégie en matière de cybersécurité pour se protéger contre les menaces, le piratage et l'espionnage électroniques", a-t-il ajouté.

Un ancien numéro deux du Service canadien du renseignement de sécurité (contre-espionnage), Ray Boisvert, a déclaré à la chaîne CBC qu'il partageait les inquiétudes soulevées par Washington.

L'exception pour la sécurité nationale concerne les appels d'offres pour l'acquisition d'infrastructures, de systèmes et de services groupés rattachés au courrier électronique, aux télécommunications et aux centres de traitement de données.