NOUVELLES

Abbas accepte les positions de l'UE comme base de reprise des négociations de paix

09/10/2012 11:43 EDT | Actualisé 09/12/2012 05:12 EST

Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé mardi aux représentants de l'Union européenne (UE) accepter les positions européennes sur le processus de paix comme base de reprise des négociations avec Israël.

Le président Abbas, recevant à Ramallah les ambassadeurs et représentants de l'UE, leur a exprimé son "accord pour que les communiqués de l'Union européenne sur notre cause servent de base à un retour aux négociations" de paix avec Israël, en référence notamment aux positions de l'UE sur les lignes d'avant 1967 comme base de discussions et la "viabilité d'une solution à deux Etats".

"Nous espérons que vous transmettrez à vos gouvernements notre appréciation pour ces déclarations, que nous utiliserons dans la rédaction du projet de résolution palestinien qui sera présenté aux Nations unies pour obtenir le statut d'Etat non membre à l'Assemblée générale de l'ONU", a ajouté M. Abbas, selon un communiqué diffusé par l'agence officielle WAFA.

"Nous sommes ouverts au dialogue avec toutes les parties internationales sur la formulation de la demande palestinienne" et "un comité arabe a été formé pour rédiger le projet de résolution qui devrait être soumis à l'ONU en novembre", a-t-il ajouté.

"Quand nous aurons obtenu le statut d'Etat non membre à l'Assemblée générale, nous serons prêts à revenir à la table des négociations avec la partie israélienne pour discuter de toutes les questions de statut final", a-t-il assuré, réaffirmant que la démarche visait à "préserver la solution à deux Etats".

M. Abbas a officialisé le 27 septembre à la tribune des Nations unies son projet pour que la Palestine obtienne à l'ONU le statut d'Etat non membre d'ici la fin de l'année à l'Assemblée générale, où la majorité simple requise lui semble acquise.

Les dirigeants palestiniens exigent pour reprendre les pourparlers de paix, interrompus depuis deux ans, qu'Israël cesse la colonisation des territoires occupés depuis 1967 et accepte les lignes antérieures à cette guerre comme base de discussions.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rejette ces revendications et dit vouloir des négociations "sans condition préalable", en leur fixant pour objectif la reconnaissance d'Israël comme "Etat du peuple juif" et le maintien sous son contrôle d'une partie du futur Etat palestinien, des exigences refusées par les Palestiniens.

na-sst/agr/sbh

PLUS:afp