NOUVELLES

Rappel de boeuf contaminé: l'ACIA fera une évaluation de l'usine de XL Foods, en Alberta, mardi

08/10/2012 06:08 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST
AP
A hamburger made from ground beef containing what is derisively referred to as "pink slime," or what the meat industry calls "lean, finely textured beef," is ready for tasting Thursday, March 15, 2012 in Concord, N.H. Under a change announced Thursday by the U.S. Department of Agriculture, districts that get food through the government's school lunch program will be allowed to say no to ground beef containing the ammonia-treated filler and choose filler-free meat instead. The low-cost filler is made from fatty meat scraps that are heated to remove most of the fat, then treated with ammonium hydroxide gas to kill bacteria such as E. coli and salmonella. (AP Photo/Jim Cole)

OTTAWA - L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) effectuera mardi une évaluation approfondie de l'usine de XL Foods à Brooks, en Alberta, qui est au coeur du vaste rappel de viande bovine en raison d'un risque de contamination à l'E. coli.

L'évaluation fait suite à une demande écrite présentée par XL Foods pour récupérer son permis, qui a été révoqué à la fin du mois de septembre après que l'ACIA eut relevé des irrégularités dans les opérations de l'entreprise.

Une série de problèmes ont été identifiés à la suite de la découverte de la bactérie E. coli dans la viande bovine provenant de l'usine de Brooks, ce qui a mené au rappel de centaines de produits à travers le monde et provoqué un tollé au sujet du temps mis par les autorités à alerter la population.

Dans une conférence téléphonique lundi, les représentants de l'ACIA ont déclaré que l'évaluation de mardi ne donnerait pas nécessairement le feu vert à la réouverture de l'usine.

«Il s'agit d'une inspection préalable à la reprise des activités et il ne faut absolument pas conclure qu'elle permettra à XL Foods de reprendre aussitôt la production», a affirmé le Dr Harpreet Kochhar, directeur exécutif pour les opérations de l'Ouest à l'ACIA.

Selon le Dr Kochhar, l'usine rouvrira de manière progressive. La première étape de ce processus consistera à déterminer si la compagnie a rectifié les anomalies soulevées par les inspecteurs de l'ACIA depuis que l'E. coli a été détectée dans ses installations.

Ces anomalies concernent notamment l'entretien sanitaire de l'usine et sa gestion du risque de contamination à l'E. coli.

«Nous ferons le tour du bâtiment, nous nous assurerons que les mesures correctives ont été implantées, que les mécanismes de contrôle pour la sécurité des aliments sont en place et, après cette visite, nous ferons nos recommandations à la direction de l'ACIA afin de nous rendre progressivement à la prochaine étape», a expliqué le médecin.

Il n'y avait pas de réponse lundi au service des relations avec les médias de l'usine de XL Foods, à l'exception d'un message enregistré la semaine dernière disant que l'entreprise collaborait avec l'ACIA.

Tous les produits de l'usine resteront sous le contrôle de l'ACIA durant l'évaluation.

La présence de la bactérie E. coli aux installations de XL Foods à Brooks a été détectée le 4 septembre, mais ce n'est que 12 jours plus tard que les premiers avis publics ont été émis. Le permis de l'usine a été suspendu le 27 septembre.

Jusqu'à présent, 11 cas d'infection à l'E. coli associés à la viande bovine provenant de ces installations ont été confirmés dans quatre provinces, dont un en Colombie-Britannique lundi.

L'ACIA a indiqué que l'usine de XL Foods exportait ses produits dans plus de 20 pays et que ceux-ci avaient renvoyé tous les items reçus au Canada.