NOUVELLES

Tunisie: grève générale et menace de désobéissance civile à Thala (ouest)

08/10/2012 12:21 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

Une grève générale a paralysé lundi la ville de Thala, dans la région de Kasserine dans le centre-ouest tunisien gagné par la colère contre le gouvernement sur fond de revendications sociales.

La grève était observée dans l'administration et les commerces pour une partie de la journée, alors que des milliers d'habitants ont défilé dans les rues criant des slogans hostiles au gouvernement dirigé par le parti islamiste Ennahda.

"Honte à toi gouvernement!", "Thala est en feu", "Thala doit être un gouvernorat", ont-ils crié, réclamant que leur ville devienne un chef-lieu autonome de Kasserine.

Les habitants ont menacé d'entamer "une action de désobéissance civile" dans les prochaines 24 heures si leurs revendications n'étaient pas satisfaites.

"Notre demande d'obtenir un statut de chef-lieu pour Thala a été ignorée par les régimes successifs de Bourguiba et de Ben Ali, elle n'est plus négociable", a déclaré à l'AFP, Mohamed Salah El-Joumli, dirigeant d'un groupe baptisé "Nidaa Thala" (l'Appel de Thala).

Ce responsable a écarté tout lien avec le parti d'opposition Nidaa Tounès dirigé par l'ex-Premier ministre Béji Caïd Essebsi et affirmé qu'aucun parti politique n'encadrait le mouvement de protestation.

"La grève générale n'est qu'un premier avertissement", a-t-il ajouté, appelant le gouvernement à "dépêcher un haut responsable pour négocier".

La tension est montée à Thala après l'annonce par le gouvernement de mesures jugées insatisfaisantes pour le développement de cette région pauvre et au fort taux de chômage.

Les organisateurs de la protestation jugent notamment insuffisante la décision de rouvrir une usine de marbre employant 200 personnes.

Le gouvernement dirigé par l'islamiste Hamadi Jebali a appelé les habitants à "entreprendre un dialogue constructif avec les autorités régionales au sujet de leurs revendications légitimes".

La ville de Thala, 12.000 habitants selon les statistiques officielles et 40.000 selon Nidaa Thala, est une ville frondeuse plus proche de la frontière algérienne que de son chef lieu. Avec 22 morts, Thala et Kasserine ont payé un lourd tribu au soulèvement qui a renversé Ben Ali en janvier 2011.

str-Bsh/alf/hj

PLUS:afp