NOUVELLES

Romney: "aucune flexibilité" avec Poutine sur le bouclier antimissiles

08/10/2012 12:34 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney a prévenu lundi qu'il ne ferait preuve "d'aucune flexibilité" avec le président russe Vladimir Poutine sur le projet d'un bouclier antimissiles en Europe, poussé par les Etats-Unis.

"Je mettrai en place des défenses antimissiles efficaces pour nous protéger des menaces. Et à cet égard, il n'y aura aucune flexibilité avec Vladimir Poutine", a déclaré M. Romney lors d'un déplacement de campagne à Lexington, en Virginie (est).

Discutant de ce bouclier, le président démocrate Barack Obama et le président russe d'alors, Dmitri Medvedev, s'étaient laissés surprendre fin mars par un micro resté branché lors d'un sommet à Séoul, et les journalistes avaient pu entendre le président américain dire qu'il aurait "plus de flexibilité" à ce sujet s'il était réélu le 6 novembre.

Ces propos avaient déclenché la colère de l'opposition républicaine.

Le candidat républicain a également promis de construire 15 bâtiments, dont trois sous-marins, pour la Marine américaine afin de lui "redonner (la) taille nécessaire pour remplir (ses) missions".

M. Romney compte aussi inviter ses alliés de l'Otan à honorer leur engagement dans l'organisation atlantique en consacrant 2% de leur produit intérieur brut aux dépenses de sécurité. Selon lui, seuls 3 pays sur 28 au sein de l'Otan remplissent cet engagement.

L'Otan a officialisé fin mai la première phase du bouclier antimissile destiné à protéger l'Europe de tirs provenant du Moyen-Orient, en particulier d'Iran, un projet poussé par les Américains mais auquel s'opposent vivement les Russes.

mlm/are/jca

PLUS:afp