NOUVELLES

Réélection de Chavez: la Maison Blanche félicite "les Vénézuéliens"

08/10/2012 02:53 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

La Maison Blanche a félicité lundi les Vénézuéliens après les élections qui ont reconduit Hugo Chavez à la présidence, tout en notant ses "divergences" avec le dirigeant.

"Nous avons des divergences avec le président Chavez", a affirmé le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, face aux journalistes dans l'avion Air Force One. "Mais nous félicitons les Vénézuéliens", a-t-il ajouté, en saluant un processus électoral "pacifique".

Plus tôt lundi, le département d'Etat avait estimé que la voix des six millions de personnes ayant voté pour l'opposition au Venezuela lors de la présidentielle de dimanche remportée par M. Chavez devait être entendue.

"Nous pensons que l'opinion des plus de six millions de personnes qui ont voté pour l'opposition devra être prise en compte à l'avenir", a indiqué à l'AFP le porte-parole pour l'Amérique latine du département d'Etat américain, William Ostick, dans un courrier électronique.

Le président du Venezuela Hugo Chavez, 58 ans, autre bête noire des Etats-Unis en Amérique latine avec le régime cubain, a été réélu dimanche pour un troisième mandat de six ans malgré une montée sans précédent de l'opposition.

Son rival Henrique Capriles Radonski a obtenu le meilleur score jamais enregistré par les opposants à l'homme fort du Venezuela depuis son avènement en 1999 à la tête de ce pays très riche en hydrocarbures.

Selon des résultats portant sur 94% des bulletins de vote, M. Chavez a obtenu 54,66% des voix, contre 44,73% à Henrique Capriles, appuyé par l'opposition unifiée, ont annoncé lundi les autorités électorales après un scrutin sans heurts marqué par une participation historique de 80,94%.

Les Etats-Unis ont pris acte de ces résultats et ont félicité les Vénézuéliens pour leur "forte participation et la façon dans l'ensemble pacifique avec laquelle s'est déroulée cette élection", a encore déclaré M. Ostick, rappelant que Henrique Capriles avait très vite "reconnu publiquement" sa défaite.

tq-du/lor

PLUS:afp