NOUVELLES

Le temps n'est pas au beau fixe chez les Alouettes après ce deuxième revers

08/10/2012 05:59 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

MONTRÉAL - Ce deuxième revers d'affilée des Alouettes de Montréal et leur troisième au cours des cinq derniers a empoisonné l'atmosphère dans le vestiaire du club. Et les leaders de l'équipe ne se sont pas gênés pour en parler ouvertement.

L'entraîneur-chef Marc Trestman a parlé d'une performance «inacceptable, horrible», tandis qu'Anthony Calvillo a dit que «si (l'équipe) a démontré de grandes choses, elle a aussi montré qu'elle peut jouer de façon merdique».

Le centre Luc Brodeur-Jourdain a d'ailleurs admis que les joueurs s'étaient parlés dans le blanc des yeux à la suite de ce revers de 27-22 contre les Blue Bombers de Winnipeg, une équipe qui n'avait pas encore signé de victoire en six matchs à l'étranger cette saison.

«On s'est dit les vraies choses. Tu ne gagneras pas un match avec autant de revirements, autant de pénalités, avec un effort aussi pauvre. Ça va prendre du caractère, du leadership, pour le dernier droit de la saison, a dit l'ancien du Rouge et Or de l'Université Laval, pesant bien tous ses mots. Ce sont deux performances consécutives extrêmement décevantes. Il faut se sortir de cette torpeur-là.»

Brodeur-Jourdain estime même que l'heure est venue de tenir une réunion d'équipe afin de se sortir de ce marasme. Mais Trestman n'est pas nécessairement de cet avis.

«On peut avoir le nombre de réunions que l'on veut. Nous avons un vestiaire très uni et ces gars-là devront se présenter. Contrairement à notre dernière défaite, celle de lundi est due aux revirements. Nous avons tout simplement donné le ballon trop souvent aux Bombers.»

Si Trestman affirme avoir un vestiaire uni, la frustration commence toutefois à gagner certains joueurs, notamment le receveur de passes Jamel Richardson. Ce dernier a quitté le vestiaire en furie après n'avoir capté que trois passes pour 48 verges, prenant soin d'arracher son nom au-dessus de son casier.

Alors qu'on voyait souvent le nom de Richardson au sommet des statistiques d'après-match dans la colonne des receveurs, c'est plus souvent celui de Brandon London — auteur de neuf attrapés pour 170 verges et un touché — qui s'y retrouve cette saison.

«Des joueurs de cette trempe sont toujours très émotifs après des matchs comme celui qu'on vient de disputer, a indiqué Trestman, tentant de calmer le jeu. Jamel est émotif, c'est l'un des leaders de notre club et je respecte cela.»

Mais on sent que c'est plus que cette défaite qui frustre Richardson. Le receveur de passes no 1 des Alouettes au cours des quatre dernières saisons — toutes ponctuées de gains de plus de 1000 verges, dont 1777 la saison passée — ne semble plus être la cible de prédilection de Calvillo.

Guy blessé

Comme un malheur n'arrive jamais seul, cette défaite pourrait avoir coûté les services de Trent Guy aux Alouettes. Joueur par excellence sur les unités spéciales au cours des deux dernières semaines dans la LCF, Guy a quitté le match en première demie, victime d'une commotion cérébrale.

Guy avait jusque-là retourné trois bottés d'envoi pour 99 verges et deux bottés de dégagement pour une autre.

****

Souvent surpris pour de longs gains face aux Tiger-Cats de Hamilton, le demi défensif Wopamo Osaisai a écopé et a été laissé de côté par Marc Trestman. D'ailleurs, ce sont quatre joueurs défensifs qui ont été rayés de la formation pour le match face aux Bombers. En plus d'Osaisai, le demi défensif Ed Gainey ainsi que les ailiers défensifs Chima Ihekwoaba et Bo Adebayo ont été laissés de côté.

Du côté des Bombers, le demi défensif Deon Beasley, le joueur de ligne offensive Chris Kowalczuk, le receveur Jade Etienne et le demi inséré Clarence Denmark n'ont pas pris part à la rencontre.

PLUS:pc