NOUVELLES

L'armée syrienne veut écraser les bastions rebelles de Homs et Qousseir

08/10/2012 11:16 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

L'armée syrienne a lancé une offensive sans précédent pour tenter d'écraser rapidement les bastions rebelles de Homs et s'emparer de la ville insurgée de Qousseir, dans le centre de la Syrie, ont indiqué lundi à l'AFP les protagonistes du conflit.

"L'armée tente de nettoyer les derniers quartiers rebelles de Homs", a affirmé à l'AFP une source au sein des services de sécurité syriens. Poumon industriel de la Syrie, Homs avait été surnommé par les opposants "capitale de la révolution" car elle fut à l'avant-garde de la contestation contre le régime de Bachar al-Assad.

"L'armée a également nettoyé des villages autour de Qousseir et essaie maintenant de s'emparer de la ville", a ajouté cette source.

Les deux localités sont distantes d'une trentaine de km.

Une autre source de sécurité syrienne a affirmé que l'armée comptait prendre ces deux bastions d'ici la fin de la semaine.

"C'est une très importante opération et nous espérons en finir d'ici la fin de la semaine. Ensuite, nous nous concentrerons sur le nord de la Syrie", a dit cette source.

La province de Homs est la plus grande et la plus stratégique du pays. Frontalière du Liban et de l'Irak, située non loin de Damas, elle relie le nord et le sud de la Syrie. Du fait de sa proximité avec le Liban, elle était au début de la révolution un point de passage pour livrer des armes et évacuer les blessés.

Vendredi, l'armée avait utilisé pour la première fois des avions de combat pour bombarder Khaldiyé, un quartier rebelle assiégé depuis quatre mois et totalement dévasté au coeur de Homs, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Qousseir, où résidaient avant la révolution 30.000 habitants, est encerclé depuis fin 2011 et a été quasiment déserté.

"L'armée tente de prendre Qousseir à partir des trois entrées de la ville", a déclaré de son côté à l'AFP Hadi al-Abdallah, un insurgé de la ville qui appartient à la Commission générale de la révolution syrienne.

"La situation est mauvaise et les bombardements sont intenses. Il y a de très violents combats autour de Qousseir", a-t-il dit à l'AFP, joint par internet.

La télévision officielle syrienne a indiqué que l'armée "avait nettoyé et restauré la sécurité dans la localité d'al-Atifiyeh", près de Qousseir. Elle a précisé que les soldats avaient "tué beaucoup de terroristes", mot utilisé par le régime pour désigner les rebelles.

Pour leur part, des militants à Homs ont estimé qu'il s'agissait d'un "assaut sans précédent", contre les quartiers rebelles.

"L'armée utilise toute sa panoplie d'armement et les destructions sont énormes", a déclaré un dissident se trouvant dans la vieille ville et se présentant sous le nom d'Abou Bilal.

"Pour le moment, les rebelles résistent encore, mais si l'armée rentre ce sera un massacre. L'armée tente de remporter une victoire à Homs car elle sait que nous sommes affaiblis après quatre mois de siège, d'autant que personne n'est venu nous aider", a-t-il souligné.

Selon Rami Abdel Rahmane, le chef de l'OSDH, des milliers d'habitants se trouvent encore dans les zones rebelles.

ser/sk/cnp

PLUS:afp