NOUVELLES

Champignon de Paris: le génome séquencé

08/10/2012 05:18 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

PARIS - Des équipes de chercheurs français ont décrypté le génome du champignon de Paris et publient leurs résultats lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Compte-rendus de l'Académie américaine des sciences). Ils espèrent ainsi mieux comprendre comment ces champignons participent au recyclage du carbone et améliorer leur culture.

Le champignon de Paris (Agaricus bisporus) est cultivé dans les champignonnières depuis plus de trois siècles. La France produit 100 000 tonnes par an de ce champignon très apprécié en salade ou en poêlée.

Des équipes de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), du CNRS et des universités de Lorraine et d'Aix-Marseille ont analysé l'ADN de deux variétés d'Agaricus génétiquement très proches: l'une est cultivée, l'autre pousse dans le désert en Californie.

Ils ont mis en évidence les mécanismes qui permettent au champignon de Paris de pousser sur l'humus, ou le compost dans les champignonnières, un milieu riche en acides. L'étude révèle qu'une enzyme du champignon consacrée à la dégradation de ces acides humiques possède 24 formes différentes, alors que les champignons xylophages, qui se nourrissent du bois, n'en ont qu'une seule.

«La capacité d'utiliser les protéines présentes dans le sol confère un avantage à Agaricus par rapport à d'autres champignons», précise Francis Martin, du centre Inra de Nancy.

L'identification de facteurs génétiques contrôlant la croissance du champignon devrait permettre de sélectionner de nouvelles souches pour la culture industrielle du champignon de Paris.

Ces recherches ont été menées dans le cadre d'un consortium international dirigé par le Joint Genome Institute (États-Unis), qui regroupe le séquençage d'une trentaine de champignons.

PLUS:pc