NOUVELLES

Bombardier Learjet: les machinistes amorcent leur grève au Kansas

08/10/2012 03:23 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

WICHITA, États-Unis - Les machinistes à l'usine de Bombardier Learjet à Wichita, au Kansas, ont amorcé une grève, lundi, après avoir voté samedi pour rejeter une convention qui aurait fait augmenter les coûts des soins de santé.

Lundi matin, la seule voie ouverte aux employés non syndiqués a refoulé sur quelques kilomètres, alors que les grévistes ont bloqué brièvement les véhicules tentant d'entrer.

La porte-parole de l'entreprise Peggy Gross a affirmé que l'avionneur montréalais prévoyait continuer la production et la livraison d'appareils durant la grève.

Le porte-parole des machinistes Tony Larkin a fait valoir que le syndicat était prêt à négocier en tout temps. Mais il a ajouté que le fardeau ne pouvait pas reposer seulement sur les épaules des travailleurs, sans qu'il n'y ait de sacrifices faits au sein de la direction.

Bombardier Learjet a obtenu lundi une injonction — reprenant essentiellement un accord entre l'entreprise et le syndicat — qui interdit aux grévistes d'user ou de menacer d'avoir recours à la force et d'insulter ou d'intimider des employés.

L'injonction permanente requiert que les véhicules s'arrêtent au niveau des piquets de grève et donne le droit aux travailleurs de persuader d'autres employés de ne pas entrer dans l'enceinte, en autant qu'ils n'empêchent pas les véhicules de passer. L'ordonnance de la cour balise aussi le nombre et la taille des pancartes des grévistes.

Les travailleurs ont rejeté un contrat de cinq ans, tard samedi, déclenchant lundi une deuxième grève en six ans. En plus des mesures sur l'assurance-santé, le contrat ne comportait pas d'augmentations de salaire pour la première année, et des hausses de un pour cent les années subséquentes.

Le syndicat des machinistes représente environ 825 travailleurs aux installations de Bombardier à Wichita.

PLUS:pc