NOUVELLES

Rallye de France - Loeb, homne "normal", champion hors norme

07/10/2012 10:41 EDT | Actualisé 07/12/2012 05:12 EST

Assuré d'un 9e titre mondial dimanche à Strasbourg (est), le Français Sébastien Loeb a une nouvelle fois pris la mesure de son statut de héros local en Alsace, statut d'un pilote extraordinaire qui a su rester simple et garder les pieds sur terre, malgré le succès et la gloire.

A 38 ans, l'Alsacien possède le plus riche palmarès de l'histoire du sport automobile. Neuf titres consécutifs, 75 victoires en rallye.

C'est mieux que le légendaire Michael Schumacher, l'Allemand qui vient d'annoncer son départ à la retraite après avoir décroché sept titres de champion du monde de Formule 1 (mais pas d'affilée). "Schumi", un ami avec qui il adore aller rouler à moto, à huis-clos, sur le circuit de la Bresse, pas très loin de sa résidence suisse.

Posé, réfléchi, poli, disponible, Loeb donne l'image du gendre idéal. Le mari de Séverine et père d'une petite Valentine, n'a pourtant pas toujours été un ange.

Après avoir pratiqué dans sa jeunesse la gymnastique, comme son père professeur de sport, Sébastien Loeb a été gagné par le virus de la vitesse à l'adolescence: sur deux roues d'abord, puis avec ses premières voitures, il s'est fait la main sur les routes du coin, au grand dam de certains voisins et des gendarmes de la région de Haguenau, sa ville natale en Alsace.

Repéré par le biais de l'opération Rallye Jeune en 1996, l'Alsacien a été engagé par Citroën et a rapidement franchi les échelons: il se battait pour le titre mondial dès 2003, contre le Norvégien Petter Solberg (Subaru).

Cette année-là, en Grande-Bretagne, il a toutefois été obligé de faire passer ses ambitions personnelles au second plan et d'assurer le titre des constructeurs au détriment de celui des pilotes. Une claque dont il s'est vite remis puisque plus aucune couronne mondiale ne lui a échappé depuis 2004.

Ce palmarès associé à son naturel et à sa gentillesse ont rapidement fait de lui l'un des sportifs préférés des Français, et donc une cible de choix pour les publicitaires.

Polyvalent, l'Alsacien a aussi participé aux 24 Heures du Mans notamment en 2006, année où il a terminé à une excellente 2e place sur un proto Pescarolo. Il a aussi effectué quelques essais dans des Peugeot 908 d'endurance et dans une Formule 1, disputé plusieurs courses de la Porsche Carrera Cup et du GT-Tour, sur les circuits français.

A 38 ans, Loeb n'en a pas terminé avec le sport automobile. S'il a récemment annoncé son départ progressif du monde des rallyes --il ne disputera plus que quatre ou cinq épreuves l'an prochain--, l'Alsacien qui réside aujourd'hui en Suisse tentera de rebondir dès 2014 dans la championnat du monde de tourisme (WTCC).

Et vu son goût pour la victoire, ce ne sera certainement pas pour y faire... du tourisme.

bnl/gd

PLUS:afp