NOUVELLES

Libye: le Premier ministre propose un "gouvernement de crise" réduit

07/10/2012 12:17 EDT | Actualisé 07/12/2012 05:12 EST

Le Premier ministre libyen Moustapha Abou Chagour a proposé dimanche à l'Assemblée nationale un "gouvernement de crise" restreint à dix ministères, affirmant avoir privilégié la compétence à d'autres considérations géographiques ou politiques.

"Face aux dangers qui menacent le pays, je vous présente un gouvernement de crise restreint à dix ministères, rejetant toute considération géographique", a déclaré M. Abou Chagour devant les 200 membres du Congrès général national (CGN).

Les membres du CGN qui avaient rejeté jeudi une première proposition de M. Abou Chagour discutaient dimanche en début de soirée le nouveau cabinet proposé. En cas d'un nouveau rejet, M. Abou Chagour sera démis d'office de ses fonctions et le CGN sera appelé à élire un nouveau Premier ministre.

Abdessalem Jadallah al-Salihin, un colonel de l'armée de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi qui avait fait défection pour diriger les opérations militaires des rebelles dans l'est du pays, a été proposé au ministère de la Défense, tandis qu'un général de la police libyenne et docteur en droit, Achour Chwayel, a été proposé pour l'Intérieur.

M. Abou Chagour a affirmé qu'il n'a pas tenu compte des intérêts géographiques ou politiques, critiquant dans la foulée les membres du congrès et les blocs politiques représentés au sein de l'assemblée qui avaient rejeté jeudi une première proposition du Premier ministre.

"Le premier gouvernement n'était pas parfait. Et nous aurions pu le discuter et le remanier (...) mais les demandes des membres du congrès étaient irréalistes: quelques uns exigeaient un portefeuille bien précis pour leur région, l'un des blocs politiques a demandé onze portefeuilles et un autre en a exigé neuf".

"Je n'assumerai pas la responsabilité d'une équipe que je n'ai pas composée de mon propre gré", a-t-il ajouté, appelant le CGN à "assumer ses responsabilités à ces moments historiques".

"Je n'abandonnerai pas mes principes et mes convictions. Je ne suis pas revenu en Libye (après des dizaines d'années d'exil) pour devenir chef de gouvernement mais je suis revenu pour servir le pays et les enfants du pays", a-t-il encore dit.

M. Abou Chagour a fait état par ailleurs de "chantage" de la part de membres de congrès ou de blocs politiques.

"Les partis politiques ont décidé de me retirer la confiance", a ajouté M. Abou Chagour, en allusion à des rumeurs sur un accord entre les deux principaux partis représentés au CGN, les deux rivaux: l'Alliance des forces nationales (premier bloc parlementaire) de Mahmoud Jibril, qui a refusé de participer au gouvernement après l'échec des négociations, et le Parti de la justice et de la construction issu des Frères musulmans.

Les deux partis seraient d'accord pour former un gouvernement d'union.

Ainsi, une motion de défiance au Premier ministre a été signée dimanche par 126 membres de l'assemblée, avant même que celui-ci ne propose son nouveau cabinet.

Mais cette motion a été refusée par la présidence du congrès qui a décidé de passer au vote.

ila/sw

PLUS:afp