NOUVELLES

Les Roms d'Europe dénoncent la discrimination qui les touche

07/10/2012 01:11 EDT | Actualisé 07/12/2012 05:12 EST

PARIS - La deuxième édition de la "Roma Pride", organisée par le Mouvement antiraciste européen (EGAM), s'est tenue dimanche après-midi dans une quinzaine de pays européens. Cette marche avait pour objectif de lutter contre les discriminations dont sont victimes les Roms, tsiganes, gitans et gens du voyage.

A Paris, des dizaines de personnes participaient à cette "Roma Pride", place du Panthéon, un événement dont la mise en scène artistique était assurée par le réalisateur Tony Gatlif. Selon son organisateur Benjamin Abtan, une marche s'est également tenue dans le centre de Prague, ainsi que des conférences dans plusieurs villes d'Europe, de la Bulgarie jusqu'au Danemark.

"Nous avons la tâche exigeante de lutter dans toute l'Europe contre le racisme et la discrimination" et de "célébrer la diversité de la culture tsigane, qui fait partie intégrante de la culture européenne", a-t-il dit.

Ces marches surviennent dans un climat de tensions en France, alors que des habitants d'un quartier de Marseille ont récemment brûlé un camp de Roms pour en chasser ses occupants. Le Conseil constitutionnel a par ailleurs maintenu vendredi l'existence du livret de circulation, obligatoire pour les personnes qui "logent de façon permanente dans un véhicule, une remorque ou tout autre abri mobile".

Selon un sondage Ifop paru dans "Dimanche Ouest France", les Français se déclarent à 83 pour cent favorables aux démantèlements des camps de Roms illégaux. Seuls 17 pour cent des personnes interrogées s'y disent opposées. Si les démantèlements sont largement approuvés par les sondés, leur efficacité est remise en cause. Seules 22 pour cent des personnes interrogées considèrent que ces mesures sont efficaces, contre 78 pour cent d'un avis contraire.

PLUS:pc