NOUVELLES

WRC/Rallye de France - Loeb ou la procession de Saint-Sébastien

06/10/2012 12:53 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

Le Français Sébastien Loeb (Citroën) a poursuivi sa démonstration lors de la 3e journée du rallye de France samedi et est plus proche que jamais d'un neuvième sacre mondial qu'il devrait fêter dimanche sur ses terres alsaciennes (est) où les fans lui vouent un véritable culte.

Loeb domine "son" rallye, 11e des 13 manches du championnat WC, en devançant de 29 secondes son dauphin, le Finlandais Jari-Matti Latvala (Ford Fiesta RS), le seul qui semble être encore en mesure de le priver d'une 75e victoire en rallye. Même s'il avoue lui-même "ne plus trop croire à un miracle".

L'équipier finlandais de Loeb chez Citroën, Mikko Hirvonen, pointe en troisième position à 54 secondes de son leader. Hirvonen est le dernier pilote à pouvoir empêcher Loeb de fêter un nouveau titre mondial.

Loeb sera sacré s'il devance Hirvonen à l'issue du rallye, s'il finit une place derrière Hirvonen sans que celui-ci ne gagne le rallye et la Power Stage, ou si le Finlandais ne se classe pas dans les huit premiers du rallye. Et il ne manque que onze points à Citroën pour décrocher le titre chez les constructeurs.

A moins d'un incident dimanche, Loeb est donc bien parti pour encore améliorer un palmarès déjà impressionnant... A la grande joie de ses supporteurs, qui ont défilé par milliers le long des routes alsaciennes samedi, une affluence posant quelques problèmes de sécurité.

Samedi midi, l'ES12 a été annulée car trop de spectateurs étaient situés dans des zones interdites au public.

Loeb, qui disposait d'une avantage de 13 secondes sur Latvala samedi matin, a attaqué d'entrée pour creuser l'écart en remportant les deux premières spéciales du jour. Même nanti d'une avance de 30 secondes à la mi-journée, l'octuple champion du monde n'a pu s'empêcher de continuer à attaquer l'après-midi sans toutefois prendre trop de risques.

"Notre priorité c'est le championnat. Hirvonen doit rester derrière nous. Nous ne calquons pas notre course sur celle de Latvala. Pas question d'être trop audacieux", a répété Loeb tout au long de la journée en se plaignant de "quelques problèmes de +sous-virage+".

Derrière le Français, la bataille a fait rage pour les accessits, ce qui a poussé Petter Solberg (Ford Fiesta RS) à la faute dès la première spéciale du jour.

Le Norvégien est sorti de la route en début d'ES9 pour aller faucher quelques vignes avant de s'encastrer (sans dommage physique) sur un pylône électrique. Solberg qui luttait pour une place sur le podium, n'a pu repartir.

Un autre accident, celui de Nasser Al-Attiyah aurait pu se révéler plus dramatique. Le pilote qatari de la Citroën DS3 est parti à la faute dans l'ES10 avant de percuter des spectateurs. Deux personnes ont été victimes de fractures (l'une à un bras, l'autre à une jambe) et évacuées vers un hôpital.

Dimanche, la 4e et dernière journée propose 60 kilomètres chronométrés sur six spéciales. La dernière, disputée à Haguenau (ville natale de Loeb), pourrait être particulièrement émouvante pour un pilote qui dispute sa dernière saison complète en WRC.

En 2010, Loeb avait décroché son septième titre au terme de cette spéciale pour ce qui reste selon lui son "meilleur souvenir en rallye".

"Méfiance, prévient Loeb. Il pourrait pleuvoir, il faudra être attentif jusqu'au bout. Je suis content d'avoir un peu de marge, on ne sait jamais...".

bnl/bm

PLUS:afp