NOUVELLES

Une blogueuse et militante cubaine est libérée de prison après 30 heures

06/10/2012 05:14 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

LA HAVANE, Cuba - Les autorités cubaines ont relâché la blogueuse Yoani Sanchez plus d'une journée après son arrestation dans la ville de Bayamo (est), où elle s'était rendue pour assister au procès d'un homme espagnol en lien avec un accident de voiture qui a provoqué la mort d'un autre dissident cubain.

Mme Sanchez a publié sur Twitter que les autorités les avaient «déportés», son époux et elle, dans leur maison de La Havane, vendredi soir, et qu'elle avait été détenue pendant 30 heures.

La blogueuse, son époux et un autre homme ont été emprisonnés jeudi avant de pouvoir atteindre Bayamo, où elle désirait couvrir le procès de l'Espagnol Angel Carromero à titre de journaliste. Mme Sanchez a obtenu une reconnaissance internationale — et s'est attiré l'ire des autorités — par ses descriptions de la vie quotidienne à Cuba sur son blogue Generation Y, en plus d'écrire pour le quotidien espagnol El Pais.

La détention du couple a été critiquée par les groupes de défense des droits des journalistes et de la personne, ainsi que par divers gouvernements, dont l'administration américaine. Des organismes de surveillance des droits de la personne se sont plaints que Cuba avait adopté une stratégie de détention à court terme, souvent de quelques heures seulement ou de quelques jours, pour harceler les dissidents et chambouler leurs activités.

Le gouvernement cubain considère la petite communauté de dissidents de l'île comme étant de dangereux contre-révolutionnaires qui désirent miner la souveraineté de l'État, et des blogueurs partisans du président Raul Castro ont allégué que les véritables intentions de Mme Sanchez étaient de troubler les procédures judiciaires.

Carromero, qui est lié à l'aile jeunesse du Parti populaire espagnol (conservateur, au pouvoir), et un militant politique suédois se sont rendus à Cuba cet été pour y appuyer des dissidents. Ils conduisaient dans l'est du pays, le 22 juillet, lorsqu'il a perdu le contrôle sur une section non pavée de la route, et s'est écrasé dans un arbre.

Le dissident Oswaldo Paya, connu à l'étranger pour une pétition lancée il y a une décennie qui réclamait des changements politiques, et un autre opposant gouvernemental ont été tués dans l'accident.

Le procès de Carromero a débuté et pris fin vendredi, les procureurs réclamant sept ans d'emprisonnement pour des accusations équivalant à un homicide involontaire à bord d'un véhicule.

La cour doit rendre sa décision dans les prochains jours.

PLUS:pc