NOUVELLES

Suicide assisté: le combat se poursuit malgré le décès d'une figure de proue

06/10/2012 02:32 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

VANCOUVER - La femme qui a relancé le débat national sur le droit au suicide assisté a beau avoir perdu la vie, son combat se poursuivra l'an prochain dans la plus haute cour de la Colombie-Britannique.

L'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique a annoncé tard vendredi après-midi que Gloria Taylor, âgée de 64 ans et originaire de West Kelowna, était soudainement décédée en raison d'une infection grave à la suite d'une perforation du côlon.

Il y a moins de quatre mois, Mme Taylor, qui luttait contre la maladie de Lou Gehrig, avait obtenu une exemption de la loi interdisant le suicide assisté par un médecin, après qu'un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique eut rejeté la loi fédérale, mais donné un an au Parlement pour la modifier.

Ottawa a par la suite annoncé en août qu'il portait la cause devant la Cour d'appel de la Colombie-Britannique.

Selon Russel Ogden, le directeur de la Farewell Foundation for the Right to Die, il a vu Mme Taylor pour la dernière fois en novembre, lorsque l'affaire s'est retrouvée devant la Cour suprême provinciale, mais avait continué d'échanger des courriels avec elle jusqu'à la semaine dernière.

S'il n'était pas au courant des dernières complications de son état de santé, il a affirmé que le combat de Mme Taylor se poursuivrait, et ce malgré son décès.

M. Ogden a ajouté que les dépôts de candidature auprès de la Cour d'appel devaient être complétés d'ici novembre, et que les plaignants et la Couronne préparaient leurs arguments.

Une audience de cinq jours a déjà été prévue pour mars 2013, a-t-il ajouté.

Selon l'Association des libertés civiles de la province, beaucoup de choses ont changé depuis le premier combat de Sue Rodriguez en faveur du suicide assisté, au début des années 1990, qui avait été perdu en Cour suprême fédérale. L'organisme souligne ainsi que plusieurs États ou pays ont désormais réglementé cette pratique de fin de vie, en y incluant des normes pour protéger les personnes vulnérables.

PLUS:pc