NOUVELLES

Le prêt du FMI à l'Egypte est compatible avec la finance islamique (Morsi)

06/10/2012 04:00 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

Le président Mohamed Morsi a voulu rassurer les milieux conservateurs en Egypte en affirmant qu'une demande de prêt d'environ 5 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI) serait compatible avec les principes de la finance islamique.

Confrontée à une grave crise économique, l'Egypte a requis fin août l'aide du FMI, un prêt qui pourrait atteindre au moins 4,8 milliards de dollars, selon les autorités du Caire, alors que les premières discussions portaient initialement sur une aide de 3,2 milliards.

"Cela ne constitue pas de l'usure", a déclaré le président Morsi, issu des Frères musulmans, en référence aux prêts à intérêts, bannis par la finance islamique. Les risques et les profits sont partagés entre la banque et le client.

"Je n'accepterai jamais que les Egyptiens vivent de l'usure", a insisté M. Morsi devant plusieurs dizaines de milliers de personnes au stade du Caire à l'occasion des commémorations du 39è anniversaire de la guerre arabo-israélienne de 1973.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a affirmé samedi que son organisme était prêt à des discussions "sans conditions préalables" avec le gouvernement du Caire pour lui fournir un prêt.

Une équipe du FMI devrait se rendre en Egypte "dans les prochaines semaines" pour entamer les discussions sur le plan d'aide, avait indiqué en septembre une porte-parole du Fonds.

jaz/feb

PLUS:afp