NOUVELLES

La Turquie répond par des tirs d'artillerie après un nouveau tir de mortier

06/10/2012 04:16 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

ANKARA, Turquie - Des obus de mortier tirés depuis la Syrie ont atteint la Turquie sans faire de blessés samedi, provoquant des tirs de représailles turcs pour le quatrième jour consécutif et ravivant la peur que le conflit syrien ne se propage dans la région.

La crise à la frontière a éclaté mercredi quand un obus syrien a tué cinq civils dans une ville frontalière turque, déclenchant des frappes d'artillerie turques sans précédent. Ankara a prévenu que de tels actes ne seraient plus tolérés et déployé davantage de troupes à la frontière.

Samedi matin, deux obus de mortier sont tombés dans une zone rurale près du village de Guvecci (sud) seulement quelques minutes après le début d'un affrontement intense entre les forces du président syrien Bachar el-Assad et les insurgés dans le village d'Harabjoz, dans la province d'Edlib en Syrie, selon les médias turcs. Personne n'a été blessé. Mais un bataillon de l'armée turque basé près de Guvecci a immédiatement répondu par des tirs d'artillerie, a rapporté l'agence de presse étatique Anatolie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) basé en Grande-Bretagne a expliqué que les insurgés avaient attaqué des positions de l'armée syrienne dans les villages de Khirbet al-Jouz et Darkoush à environ 16 kilomètres de Guvecci.

Les insurgés auraient réussi à prendre Khirbet el-Jouz et auraient continué d'avancer dans les environs, selon Rami Abdul-Rahman, le directeur de l'Observatoire.

Des dizaines de soldats ont été tués ou blessés dans l'assaut et trois insurgés sont morts, selon l'OSDH. Les récents tirs sont intervenus alors que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait prévenu vendredi la Syrie de ne pas mettre à l'épreuve les "limites et la détermination" de la Turquie. Il avait assuré que son pays ne "bluffait pas".

Par ailleurs, le président syrien Bachar el-Assad a fait une apparition publique diffusée par la télévision d'Etat samedi pour déposer une gerbe aux pieds de la statue du soldat inconnu à Damas, afin de marquer l'anniversaire de la guerre contre Israël de 1973, connue aussi sous le nom de Guerre d'octobre.

Le ministre de la Défense syrien, le général Fahd Jassem al Freij a déclaré samedi à la télévision d'Etat que les violences prendraient bientôt fin et que la rébellion contre le régime de Bachar el-Assad serait écrasée.

L'OSDH signalait des combats dans les villes d'Alep (nord) et de Homs (centre). La ville de Taibeh près de Homs était le théâtre d'un pillonage du régime qui a fait 10 morts des douzaines de blessés, selon l'OSDH.

PLUS:pc