NOUVELLES

Abou Hamza et ses compagnons en sol américain

06/10/2012 05:57 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

L'imam Abou Hamza et ses quatre compagnons, tous soupçonnés de terrorisme, sont arrivés aux États-Unis samedi.

Abou Hamza doit comparaître dans la journée devant un juge. L'acte d'accusation lui sera ensuite lu mardi, lors d'une autre comparution, ont annoncé les services du procureur à New York.

Deux autres des quatre hommes extradés avec lui, Adel Abdul Bary, un Égyptien de 52 ans, et Khaled Al- Fawwaz, Saoudien de 50 ans, seront eux formellement mis en accusation samedi à New York.

Les deux derniers, Babar Ahmad, 38 ans, et Syed Talha Ahsan, 33 ans, tous deux Britanniques, arrêtés respectivement en 2004 et 2006, relèvent des tribunaux du Connecticut (nord-est), et ont comparu samedi matin à New Haven.

Dès son arrivée, Abou Hamza a été conduit dans un centre de détention fédéral proche du tribunal fédéral de Manhattan à New York.

L'extradition des cinq suspects est survenue après la décision de la Haute Cour britannique qui a jugé qu'ils n'avaient plus de recours possibles pour éviter un procès aux États-Unis.

Abou Hamza Al-Masri, Khaled Al-Fawwaz, Babar Ahmad, Adel Abdul Bary et Syed Talha Ahsan ont lutté durant 14 ans contre cette extradition.

Les suspects ont été transférés vendredi de la prison de Long Lartin vers une base aérienne de l'est de l'Angleterre, où deux avions des autorités américaines les attendaient. Le convoi a décollé peu avant minuit, a précisé la police britannique.

Cameron ravi

« Je suis ravi qu'Abou Hamza soit maintenant hors de ce pays », a déclaré le premier ministre britannique, David Cameron.

« Comme tout le monde, j'en ai assez de ces gens qui viennent ici, menacent notre pays, restent aux frais des contribuables sans que l'on puisse s'en débarrasser », a-t-il ajouté. « Je suis ravi que nous ayons réussi à envoyer cette personne dans un pays où il sera traduit en justice » a ajouté le premier ministre.

Lourdes charges

Abou Hamza est accusé aux États-Unis d'avoir tenté de mettre en place un camp d'entraînement d'Al-Qaïda dans l'Oregon (nord-ouest du pays).

Les autorités américaines l'accusent également d'avoir aidé des islamistes qui ont enlevé 16 touristes étrangers au Yémen, en 1998. Trois touristes britanniques et un Australien avaient été tués lors d'une fusillade entre les forces de sécurité et les ravisseurs.

Il est aussi accusé d'avoir participé à l'organisation de l'entraînement de djihadistes en Afghanistan.

Originaire d'Égypte, Abou Hamza officiait à la mosquée de Finsbury Park à Londres. Il est borgne et muni de crochets à la place des mains, qu'il affirme avoir perdues en combattant les troupes soviétiques en Afghanistan dans les années 1980.

PLUS: