NOUVELLES

À la veille du vote, Hugo Chavez évite les questions pointues des journalistes

06/10/2012 09:08 EDT | Actualisé 06/12/2012 05:12 EST

CARACAS, Venezuela - Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a convoqué samedi une conférence de presse impromptue à l'intention des médias internationaux à la veille de ce qui pourrait être l'élection la plus serrée de sa carrière, mais a refusé de répondre aux questions plus pointues, notamment au sujet de ce qu'il ferait advenant sa défaite au scrutin de dimanche.

Pour expliquer son refus, M. Chavez a évoqué la loi électorale du pays, qui interdit aux candidats de faire des déclarations politiques dans les deux jours précédant le vote. Son adversaire, Henrique Capriles, n'a pas fait d'apparition publique depuis jeudi, en conformité avec la loi.

Il a toutefois répondu sur Twitter aux déclarations du président sortant, qui a laissé entendre que les Vénézuéliens avaient fini par s'habituer à sa présence à la tête du pays durant ses 14 années au pouvoir.

«Certaines personnes continuent à raconter les même vieilles histoires insensées, à la différence près qu'elles constituent maintenant un adieu», a écrit M. Capriles.

Interrogé sur la possibilité de disputes ou d'émeutes durant l'élection dimanche, Hugo Chavez a dit espérer que ses adversaires ne joueraient pas le «jeu de la déstabilisation», ajoutant qu'il serait prêt à les «neutraliser» s'ils optaient pour cette stratégie.

M. Chavez, dont la conférence de presse avec les représentants des médias internationaux a duré plus d'une heure, a passé la majeure partie de la dernière année à lutter contre un cancer dans la région pelvienne dont il n'a pas précisé la nature. Il assure être complètement rétabli.

PLUS:pc