NOUVELLES

Un Portoricain premier boxeur professionnel à déclarer son homosexualité

05/10/2012 08:04 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Le Portoricain Orlando Cruz est devenu le premier boxeur professionnel à déclarer publiquement son homosexualité, une démarche encore rare dans le sport, surtout masculin.

"J'ai combattu pendant plus de 24 ans et je veux être en accord avec ma conscience", déclare ce poids plume de 31 ans, qui compte 18 victoires, dont 9 avant la limite, pour deux nuls et une défaite, depuis qu'il est passé professionnel après les jeux Olympiques de Sydney en 2000.

"Je veux essayer d'être le meilleur modèle possible pour les enfants intéressés par la boxe. J'ai été et je serai toujours fier d'être Portoricain. J'ai été et je serai toujours fier d'être homosexuel", a ajouté Cruz, dont le prochain combat est programmé le 19 octobre en Floride.

Actuellement 4e au classement WBO des plume, il espère qu'une victoire sur le Mexicain Jorge Pazoslui lui permettra d'avoir une chance mondiale.

Dans le milieu plutôt machiste de la boxe, une telle annonce est une première, même si une histoire tragique liée à l'homosexualité a marqué l'histoire de ce sport il y a 50 ans.

Le 24 mars 1962, le natif des îles Vierges américaines, Emile Griffith, énervé par une insulte homophobe de son adversaire Benny Paret, qui l'avait traité de "maricon" ("pédé" en espagnol), avait rué de coups le Cubain à la 12e reprise. Plongé dans le coma, Paret décéda dix jours plus tard.

Lors d'un entretien au New York Times, en 2005, Griffith avait déclaré qu'il s'était questionné toute sa vie sur sa sexualité et qu'il avait eu des relations avec des hommes et des femmes.

Peu de sportifs professionnels ont dévoilé leur homosexualité. L'Anglais Justin Fashanu avait été le premier footballeur de premier plan -et à ce jour le seul- en 1990, à entreprendre une telle démarche.

Attaqué de toutes parts, exclu de l'entraînement par son entraîneur à Nottingham Forest, Brian Clough, puis accusé d'agression sexuelle aux Etats-Unis en 1998 (les charges seront abandonnées faute de preuves), il s'est suicidé peu après.

Fin 2009, le joueur le plus capé de l'histoire du rugby gallois, Gareth Thomas, alors en fin de carrière, était devenu le premier rugbyman professionnel à faire son coming out.

Début 2011, ce fut au tour de l'international anglais de cricket Steven Davies de devenir un pionnier dans son sport en dévoilant son homosexualité.

Parmi les grands sportifs ayant annoncé publiquement leur homosexualité figurent les joueuses de tennis Martina Navratilova, Amélie Mauresmo, la skieuse suédoise Anja Paerson ou encore le plongeur américain Greg Louganis.

Le champion olympique britannique de patinage artistique John Curry, mort du sida en 1994, avait fait son coming out à la fin de sa vie.

En 2010, les mésaventures de Yoann Lemaire, un joueur amateur français dont le club de football avait refusé un renouvellement de licence en raison de son homosexualité, avaient relancé le débat sur la lutte contre l'homophobie dans le sport, fléau longtemps minimisé.

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a encouragé récemment les footballeurs gays à révéler publiquement leur homosexualité, alors que le président du syndicat italien des footballeurs professionnels (AIC), Damiano Tommasi, avait fait exactement l'inverse fin 2011.

"L'homosexualité est toujours un tabou dans le football, car il y existe une cohabitation (entre collègues) différente des autres professions", a-t-il poursuivi, soulignant que dans "(son) environnement, la moindre chose qui sort, et qui n'est pas conventionnelle, devient un boomerang".

gph/oh/gf/chc

PLUS:afp