NOUVELLES

Un haut dignitaire religieux iranien appelle à l'unité face aux sanctions

05/10/2012 09:36 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Un haut dignitaire religieux iranien a exhorté vendredi la population et les autorités à coopérer pour faire face à la "guerre économique", représentée par les sanctions occidentales, deux jours après des troubles provoqués par la chute de la monnaie iranienne.

"La seule façon de résoudre ces problèmes est la coopération entre les responsables et le peuple", a affirmé l'ayatollah ultraconservateur Ahmad Khatami, lors de la prière hebdomadaire à Téhéran retransmise par la télévision d'Etat.

"La pression qu'exerce aujourd'hui sur nous l'arrogance internationale (Etats-Unis, NDLR) constitue une véritable guerre économique", a jugé ce membre de l'Assemblée des experts, chargée de surveiller les activités du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Cette pression ne durera pas; notre peuple (...) va s'assurer que ce sont eux (les ennemis) qui vont s'user", a-t-il assuré.

La police a fait une descente mercredi à Téhéran dans les milieux des revendeurs illégaux de devises accusés d'être en partie responsables de la chute vertigineuse la veille du cours du rial face au dollar. Des échauffourées ont alors éclaté et 16 personnes ont été arrêtées.

Alors que "certaines pressions émanent des sanctions (...), la mauvaise gestion est également en cause", a ajouté l'ayatollah Khatami, estimant que les querelles internes "faisaient le jeu de l'ennemi".

Après les troubles de mercredi à Téhéran, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a prévu un Printemps perse contre le régime iranien, dans la foulée du Printemps arabe, estimant que les sanctions internationales vont déclencher un vaste mouvement de contestation en Iran.

L'Iran est soumis à des sanctions de l'ONU renforcées par des sanctions pétrolières et bancaires américaines et européennes. Les Occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à obtenir l'arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil, ce que dément Téhéran.

Israël, considéré comme l'unique puissance nucléaire de la région, un statut sur lequel le pays maintient l'ambiguïté, estime que le programme nucléaire iranien constitue une menace pour son existence.

bur/rmb/vl/feb

PLUS:afp