NOUVELLES

Un an après la disparition de Steve Jobs, Apple règne toujours

05/10/2012 02:12 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Un an après la disparition de son emblématique patron et co-fondateur, le constructeur informatique américain Apple règne toujours sur son secteur même si ses concurrents multiplient les assauts avec une offre de plus en plus abondante et affûtée.

Vendredi, un an jour pour jour après la disparition du dirigeant des suites d'une longue bataille contre le cancer, le groupe lui rendait hommage dans une vidéo sur son site internet.

"Le décès de Steve il y a un an a été un moment difficile et triste pour nous tous", déclare dans cette vidéo Tim Cook, qui lui a succédé en tant que directeur général de la marque à la pomme.

La vidéo de deux minutes associe un diaporama de photos de Steve Jobs à partir des années 80 avec en fond sonore ses déclarations et commentaires sur les produits phares d'Apple qui ont profondément changé le monde de l'informatique, de la téléphonie et de la musique.

Un an après, Apple se porte bien. Son action plane à des sommets historiques et l'entreprise affiche la capitalisation boursière la plus élevée de tous les temps. La dernière version de son téléphone multifonction iPhone 5 a enregistré un début de ventes record avec plus de 5 millions d'exemplaires écoulés en un week-end.

Seule ombre au tableau: Tim Cook s'est résolu à présenter les excuses du groupe pour la volée de critiques reçues après le retrait de l'iPhone 5 de l'application préinstallée de géolocalisation Google Maps, très populaire, remplacée par une version maison nettement moins performante.

Selon la presse spécialisée, Apple serait en train de produire une nouvelle tablette plus petite que son modèle phare iPad pour répondre à l'offre de ses concurrents Amazon (Kindle) ou Samsung, qui ont sorti des modèles plus petits et moins chers.

Sur le marché des téléphones multifonctions aussi, même si Apple domine toujours, l'offre existante ne cesse de progresser.

Le groupe garde encore dans ses tiroirs des produits très attendus initiés par Steve Jobs et les spéculations vont bon train sur un boîtier TV d'un nouveau genre.

La question est de savoir si Apple saura continuer à innover à long terme sans son dirigeant visionnaire.

Le patron d'Oracle, Larry Ellison, semblait penser le contraire cette semaine: "J'ai beaucoup de respect pour Tim Cook, mais je vais le répéter: Steve est irremplaçable".

"Nous avons tous perdu quelque chose. Il était notre Edison, il était notre Picasso. Il n'y a personne comme lui. Apple va continuer à prospérer, mais pas comme quand Steve était là", a-t-il poursuivi.

Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates, estime qu'"Apple peut continuer à surfer sur l'héritage de Steve Jobs pendant un long moment".

"Steve était capable d'imaginer des marchés pour des produits qui n'existaient pas. Il n'y a pas beaucoup de gens qui peuvent faire ça. Pas chez Apple et peut-être nulle part", a-t-il ajouté, concluant que le groupe avait perdu celui qui, comme un chef d'orchestre, savait canaliser les talents du groupe.

Plus négatif, Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research, écrit dans une note que "Apple est probablement maintenant à son sommet".

"Le succès d'un produit de grande consommation repose sur les 2% qui font la différence... Nous pensons qu'Apple n'a plus ce talent et qu'il est peut-être le nouveau Microsoft, qui sort de bons produits sans plus. Mais la perfection n'est peut-être plus l'emblème d'Apple maintenant que Steve Jobs n'est plus".

rl-ved/sl/jca

PLUS:afp